Plan du site

Déclaration de la présidence au nom de l'Union européenne sur la peine de mort en Indonésie

déclaration du 11 août 2004 - Union européenne
Pays :
L'Union européenne a appris avec consternation que, bien qu'elle-même et que des organisations de défense des droits de l'homme aient fait part à diverses reprises de leur préoccupation aux autorités indonésiennes, l'Indonésie a procédé à une exécution à Medan. L'Indonésie a ainsi mis fin à son moratoire de fait sur la peine de mort.

Réaffirmant sa position de principe contre la peine de mort et rappelant qu'elle a débattu de cette position à plusieurs occasions avec les autorités indonésiennes, l'UE déplore la récente exécution de Medan. L'UE engage instamment le gouvernement indonésien à ne plus procéder à des exécutions et à rétablir ainsi le moratoire de fait.
En outre, l'UE espère que l'Indonésie envisagera d'abolir la peine de mort et de consacrer ce principe dans son droit national.

La Bulgarie, la Roumanie, la Turquie et la Croatie*, pays candidats, l'Albanie, la Bosnie-et-Herzégovine, l'ancienne République yougoslave de Macédoine et la Serbie-et-Monténégro, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, ainsi que l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, se rallient à cette déclaration.
(* La Croatie continue à participer au processus de stabilisation et d'association)
Partager…

Données techniques

ID1028
Type de document (code)
TitreDéclaration de la présidence au nom de l'Union européenne sur la peine de mort en Indonésie
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication11 août 2004
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsL'Indonésie exécute un condamné pour trafic de drogue trois ans après les précédentes exécutions
OrganisationsUnion européenne (auteur)
Condamnés
Mots-clefsexécution + reprise d'exécution
ZonegéosIndonésie