Plan du site

Les cerveaux présumés des attentats de Bali ne demanderont pas une grâce présidentielle

dépêche de presse du 20 octobre 2005 - Associated Press - AP
Pays :
Thème :
Djakarta - Les trois militants condamnés à mort pour leur rôle dans les attentats de Bali en octobre 2002 ne vont pas demander de grâce présidentielle, a-t-on appris jeudi de source judiciaire, alors que la population réclame une exécution rapide.

Amrozi bin Nurhasyim, Imam Samudra et Ali Ghufron ont refusé mercredi la possibilité de demander pardon lors d'une rencontre avec des procureurs et juges dans leurs cellules de la prison de Nusakambangan, a-t-on appris auprès de I Wayan Suwilah, un des procureurs ayant participé à cette rencontre.

Les trois hommes, membres de l'organisation terroriste Jemaah Islamiyah, ont reconnu avoir perpétré les attentats contre deux discothèques de Bali pour venger la mort de musulmans en Israël et Afghanistan. Ces attaques avaient fait 202 morts.

La population indonésienne a appelé à l'exécution rapide des trois hommes, alors que de nouveaux attentats ont fait 23 morts, dont trois kamikazes, début octobre à Bali.

Mais la législation du pays prévoit que des condamnés ne peuvent pas être exécutés tant que tous les recours légaux n'ont pas été épuisés.
Partager…

Données techniques

ID1575
Type de document (code)depeche
TitreLes cerveaux présumés des attentats de Bali ne demanderont pas une grâce présidentielle
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication20 octobre 2005
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsterrorisme
ZonegéosIndonésie