Plan du site

Moscou, dernier membre du Conseil de l'Europe à maintenir la peine de mort

dépêche de presse du 16 novembre 2005 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
MOSCOU - Le président de la commission de suivi de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a plaidé mercredi à Moscou en faveur d'une abolition de la peine de mort par la Russie, dernier des 46 pays du Conseil de l'Europe à maintenir la peine capitale.

"Je suis venu en Russie afin de la convaincre de la nécessité de ratifier (le protocole n° 6 à la Convention européenne des droits de l'Homme concernant l'abolition de la peine de mort), étant donné que la Russie est le seul des 46 membres du Conseil de l'Europe à ne pas l'avoir ratifié", a déclaré le président de la commission, György Frunda, cité par l'agence Ria-Novosti.

La peine de mort n'a pas été abolie mais fait l'objet d'un moratoire en Russie.

Le responsable européen s'est cependant heurté à des réticences lors de sa visite en Russie où la question du rétablissement de la peine de mort pour les terroristes a été évoquée, notamment après la prise d'otages de Beslan en septembre 2004 par un commando pro-tchétchène.

Le vice-président du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement), Alexandre Torchine, a ainsi opposé à M. Frunda lors de leur rencontre mercredi la difficulté à convaincre les mères ayant perdu leur enfant "que les meurtriers méritent de vivre".

M. Torchine, qui dirige la commission d'enquête parlementaire sur Beslan, a assuré que lors d'une longue rencontre avec Nourpachi Koulaïev, l'unique preneur d'otages survivant de Beslan, celui-ci n'avait "exprimé aucun regret" et se disait certain d'être "bientôt libéré".

"Je ne suis pas sanguinaire, mais il y a des circonstances qui doivent être prises en compte", a ajouté M. Torchine.

"Le Conseil de l'Europe et la commission de suivi ne souhaitent pas exercer de pression politique", a ajouté quant à lui M. Frunda.

Mais "il faut le faire avant que votre pays ne prenne la présidence du comité" des ministres (CM) du Conseil de l'Europe en 2006, a cependant insisté le responsable hongrois, estimant que cette ratification était "une question de maturité politique et d'intérêts nationaux".
Partager…

Données techniques

ID1683
Type de document (code)depeche
TitreMoscou, dernier membre du Conseil de l'Europe à maintenir la peine de mort
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication16 novembre 2005
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur), Conseil de l'Europe
Condamnés
Mots-clefs
ZonegéosRussie