Plan du site

Les proches des militants condamnés à mort pour les attentats de Bali ne demanderont pas pardon en leur nom

dépêche de presse du 13 avril 2006 - Associated Press - AP
Pays :
Thème :
DJAKARTA (AP) -- Les proches de deux militants condamnés à mort en Indonésie pour leur rôle dans les attentats de Bali qui avaient fait 202 morts en octobre 2002 ne demanderont pas pardon en leur nom, ouvrant la voie à leur exécution, a annoncé jeudi un porte-parole du procureur général.

Amrozi Nurhasyim et Ali Gufron avaient d'ores et déjà fait savoir qu'ils voulaient mourir pour devenir des martyrs. Ils ont reconnu avoir perpétré les attentats contre deux discothèques de Bali pour venger la mort de musulmans en Israël et Afghanistan.

"Les familles de Gufron et Amrozi ont déclaré qu'elles ne demanderaient pas pardon", a précisé Masyudi Ridwan.

Les proches du troisième militant condamné à mort pour ces attaques, Imam Samudra, avaient déjà dit en début de semaine qu'ils ne demanderaient pas une grâce présidentielle. Au total, 30 personnes ont été condamnées pour les attentats de Bali perpétrés par l'organisation terroriste Jemaah Islamiyah, liée à Al-Qaïda.

La législation indonésienne prévoit que des condamnés à mort ne peuvent pas être exécutés tant que tous les recours légaux n'ont pas été épuisés. Les familles des prisonniers et leurs avocats peuvent demander pardon en leur nom
Partager…

Données techniques

ID1836
Type de document (code)depeche
TitreLes proches des militants condamnés à mort pour les attentats de Bali ne demanderont pas pardon en leur nom
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication13 avril 2006
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLa présidente des Philippines souhaite abolir la peine de mort
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsprocédure + terrorisme
ZonegéosIndonésie