Plan du site

La Chine reste championne mondiale des exécutions, selon Amnesty

dépêche de presse du 20 avril 2006 - Reuters
Pays :
Thème :
LONDRES (Reuters) - Plus de 2.000 personnes ont été exécutées dans le monde l'an dernier, notamment en Chine, en Iran, en Arabie saoudite et aux Etats-Unis, déplore Amnesty International.

Dans son rapport annuel sur les exécutions, l'organisation de défense des droits de l'homme déclare qu'environ 1.770 exécutions ont officiellement été menées en Chine en 2005, mais estime que le nombre réel est sans doute bien supérieur.

Amnesty cite ainsi un juriste chinois selon lequel la vérité serait plus proche des 8.000 exécutions.

Plus de 20.000 personnes attendent d'être exécutées dans le monde entier, ajoute le rapport, qui réitère l'appel d'Amnesty à une abolition mondiale de la peine de mort.

Selon Amnesty, au moins 2.148 personnes ont été exécutées en 2005 dans 22 pays, dont 94% en Chine, en Iran, en Arabie saoudite et aux Etats-Unis. Cela représente une baisse par rapport à 2004 (3.797 exécutions), mais une hausse par rapport à 2003 (1.146 mises à mort).

"La peine de mort est le déni ultime et irréversible des droits de l'homme, parce qu'elle contrevient à l'essence même des valeurs humaines, elle est souvent appliquée de manière discriminatoire, elle intervient à l'issue de procès iniques et elle est appliquée pour des raisons politiques", estime la secrétaire générale d'Amnesty International, Irene Khan, dans un communiqué.

FUSILLADE, LAPIDATION, DECAPITATION, ELECTROCUTION

Au moins 94 personnes ont été exécutées en Iran, 86 en Arabie saoudite et 60 aux Etats-Unis.

"Alors même que le monde continue à se détourner du recours à la peine de mort, c'est une évidente anomalie que la Chine, l'Arabie saoudite, l'Iran et les Etats-Unis se distinguent par leur utilisation extrême de cette forme de sanction", a ajouté Khan.

La Chine exécute par peloton d'exécution ou injection létale, l'Arabie saoudite par décapitation, l'Iran par pendaison ou par lapidation et les Etats-Unis par électrocution ou injection, énumère Amnesty.

L'organisation explique que ses chiffres sont imprécis du fait du secret qui entoure dans certains pays la peine capitale. La Chine, ainsi, refuse de publier des statistiques officielles à ce sujet tandis que le Viêt-nam classe ces dernières "secrets d'Etat", dit-elle.

Amnesty se réjouit cependant de ce que le Mexique et le Liberia aient aboli la peine de mort, portant à 86 le nombre de pays l'ayant fait, contre 16 en 1977.

En Chine, on peut être exécuté pour 68 types de crimes différents, et notamment pour évasion fiscale, détournement de fonds et crimes liés aux stupéfiants.

Selon Amnesty, l'Iran est le seul pays qui, à sa connaissance, a exécuté des jeunes l'an dernier. Les Etats-Unis ont aboli les exécutions de délinquants juvéniles en mars 2005.

L'Iran a exécuté au moins huit personnes, en 2005, pour des crimes commis quand ils étaient enfants, dont deux personnes qui avaient moins de 18 ans au moment de leur exécution, ajoute Amnesty.
Partager…

Données techniques

ID1839
Type de document (code)depeche
TitreLa Chine reste championne mondiale des exécutions, selon Amnesty
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication20 avril 2006
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsReuters (auteur), Amnesty International
Condamnés
Mots-clefsexécution + mineur
ZonegéosChine + Iran + Monde