Plan du site

Le Japon exécute ses premiers condamnés depuis septembre 2005

dépêche de presse du 25 décembre 2006 - Reuters
Pays :
TOKYO (Reuters) - Le Japon a procédé à ses premières exécutions capitales depuis septembre 2005 et pendu quatre condamnés, annonce le ministère japonais de la Justice, qui s'est attiré une salve de critiques de diverses organisations.

Comme à son habitude, le ministère n'a pas communiqué l'identité des quatre condamnés exécutés le jour de Noël.

Des médias rapportent que l'un d'entre eux pourrait être Hiroaki Hidaka, 44 ans, qui a été reconnu coupable des meurtres de quatre femmes, dont l'une qui était âgée de 16 ans.

Le système de l'application des peines capitales au Japon fait que les condamnés et leurs familles ne sont prévenus de l'exécution que le jour où celle-ci intervient. De nombreuses associations jugent cette disposition inhumaine.

Les autorités ont pour habitude de procéder aux exécutions quand le parlement n'est pas réuni ou en décembre, quand l'attention du grand public décroît à l'approche des fêtes du nouvel an. Les adversaires de la peine de mort y voient une stratégie pour éviter de poser la question du bien-fondé de ce châtiment au parlement.

Seiken Sugiura, le prédécesseur de l'actuel ministre de la Justice, avait créé une polémique lors de sa prise de fonction en 2005 en annonçant qu'il ne signerait aucun mandat d'application de la peine capitale.

Il était par la suite revenu sur ces propos. Mais aucune exécution n'a été pratiquée pendant sa période au ministère.

"La peine de mort est impitoyable, cruelle et absolument antidémocratique", ont déclaré dans un communiqué commun plusieurs parlementaires provenant de diverses formations politiques.

"Elle n'a aucun effet sur l'importance de la criminalité et vient au contraire briser les fondations morales de la société", peut-on lire dans ce communiqué.

Amnesty International a également diffusé un communiqué, dans lequel l'organisation exhorte le Japon à abolir la peine de mort comme l'ont fait 88 pays, note-t-elle, parmi lesquels l'écrasante majorité des pays développés.

Mais la peine de mort ne semble pas faire débat au Japon. Les sondages montrent en effet qu'une majorité de Japonais restent attachés à ce châtiment, dans un contexte de recrudescence du crime dans l'archipel.
Partager…

Données techniques

ID2120
Type de document (code)depeche
TitreLe Japon exécute ses premiers condamnés depuis septembre 2005
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication25 décembre 2006
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsReprise des exécutions au Japon
OrganisationsReuters (auteur)
Condamnés
Mots-clefsexécution + reprise d'exécution
ZonegéosJapon