Plan du site

Robert Badinter: inscrire l'abolition de la peine de mort dans la Constitution a "une force symbolique considérable"

dépêche de presse du 19 février 2007 - Associated Press - AP
Pays :
Thème :
PARIS (AP) - L'ancien ministre de la Justice Robert Badinter, homme de l'abolition de la peine de mort en France, a estimé lundi que l'inscription de cette interdiction dans la Constitution avait une "force symbolique (...) considérable".

"L'irréversibilité est acquise en réalité depuis le 31 décembre 1985", avec la ratification par le Parlement de la Convention européenne des droits de l'Homme qui "interdit aux Etats signataires de recourir à la peine de mort", a-t-il expliqué sur LCI.

Mais "la force symbolique est considérable, parce qu'en inscrivant dans le titre consacré à l'autorité judiciaire de la Constitution 'Nul ne sera condamné à mort', on affirme solennellement que jamais plus en France il n'y aura de justice qui tue", a souligné le sénateur des Hauts-de-Seine.

"C'est plus un geste moral symbolique qu'un geste à portée effective. Je ne l'aurais pas cru à la vérité il y a 25 ans de ça", a conclu Robert Badinter.

Les députés et sénateurs se réunissent lundi en congrès à Versailles pour entériner trois révisions constitutionnelles. Outre l'inscription de l'abolition de la peine de mort dans la Constitution, ils doivent voter les projets de loi sur le corps électoral en Nouvelle-Calédonie et le statut pénal du chef de l'Etat.
Partager…

Données techniques

ID2280
Type de document (code)depeche
TitreRobert Badinter: inscrire l'abolition de la peine de mort dans la Constitution a "une force symbolique considérable"
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication19 février 2007
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsInscription de l'abolition de la peine de mort dans la constitution française
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsabolition + Badinter + constitution
ZonegéosFrance