Plan du site

Libye/infirmières : la peine de mort commuée en prison à vie

dépêche de presse du 17 juillet 2007 - Xinhua
LE CAIRE, 17 juillet (XINHUA) -- Le Conseil judicaire suprême de la Libye a annoncé mardi sa décision de commuer la peine de mort contre cinq infirmières bulgares et un médecin palestinien, accusés d'être responsables de l'infection d'enfants libyens par le VIH/sida, en prison à vie, a rapporté la chaîne de télévision arabe Al-Jazeera.

La plus haute instance juridiciaire libyenne a pris cette décision après que la Cour suprême du pays eut confirmé, la semaine dernière, la peine capitale contre les six prévenus.

Les six personnes, arrêtées en 1999, sont accusées d'être responsables de l'infection de quelque 400 enfants par le virus du sida dans leur expérimentation dans un hôpital, dans la ville libyenne de Benghazi.

La chaîne Al-Jazeera avait rapporté que les familles des enfants en question avaient accepté un marché proposé par la Fondation Kadhafi, selon lequel les six accusés doivent verser une compensation aux victimes, au lieu d'être punies par la peine de mort.

La fondation, conduite par un fils du leader libyen Mouammar Kadhafi, a oeuvré pour trouver un solution à cette affaire.

Les familles des enfants victimes ont déjà commencé à recevoir la compensation d'environ un million de dollars pour chaque enfant.
Partager…

Données techniques

ID2370
Type de document (code)depeche
TitreLibye/infirmières : la peine de mort commuée en prison à vie
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication17 juillet 2007
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLibye : commutation en prison à vie des peines de mort des infirmières bulgares et du médecin palestinien
OrganisationsXinhua (auteur)
Condamnés
Mots-clefscommutation de peine + femme + ressortissant étranger
ZonegéosBulgarie + Libye + Palestine