Plan du site

Libération des infirmières et du médecin bulgares: chronologie

dépêche de presse du 24 juillet 2007 - Associated Press - AP
Après plus de huit ans de captivité en Libye, les infirmières et médecins bulgares accusés d'avoir inoculé le virus du sida à plusieurs centaines d'enfants ont été libérés mardi et ont regagné Sofia. Chronologie des événements.

- 9 février 1999: arrestation à Benghazi, ville portuaire du nord-est de la Libye, de 23 médecins et infirmières bulgares.

- 7 mars 1999: le ministère libyen des Affaires étrangères informe Sofia que six Bulgares -les infirmières Kristiana Valcheva, Nasya Nenova, Valentina Siropulo, Valya Chervenyashka, Snezhana Dimitrova, ainsi que le Dr Zdravko Georgiev- font l'objet d'une enquête, en relation avec une épidémie de sida à l'hôpital pour enfants de Benghazi. Un médecin palestinien, le Dr Ashraf al-Hazouz, est également poursuivi dans ce dossier.

- 7 février 2000: premier procès à Tripoli des Bulgares et du médecin palestinien. Ils sont accusés de collusion avec des services de renseignement étrangers, conspiration contre l'Etat libyen et contamination délibérée d'enfants pour provoquer une épidémie de sida en Libye.

- 2 juin 2001: les infirmières Nasya Nenova et Kristiana Valcheva témoignent que leurs aveux, sur lesquels repose le dossier d'accusation, ont été extorqués sous la torture. Les six Bulgares et le Palestinien plaident non coupable.

- 17 février 2002: les accusés sont acquittés du chef d'accusation de conspiration, mais le tribunal recommande un nouveau procès sur les charges de contamination délibérée en vue de provoquer une épidémie.

- 8 juillet 2003: un tribunal de Benghazi lance une enquête criminelle contre les six Bulgares et le Palestinien. On les accuse d'avoir intentionnellement contaminé quelque 400 enfants avec le virus du sida.

- 3 septembre 2003: le professeur français Luc Montagnier, co-découvreur du virus du sida, témoigne devant le tribunal de Benghazi que le VIH sévissait déjà à l'hôpital de Benghazi avant l'arrivée en 1998 des accusés.

- 6 mai 2004: le tribunal de Benghazi condamne à mort les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien, par peloton d'exécution. Le Dr Zdravko Georgiev est acquitté du chef d'accusation de contamination délibérée et relâché.

- 29 mars 2005: la Cour suprême libyenne entame l'examen de l'appel interjeté par les Bulgares.

- 25 décembre 2005: la Cour suprême annule les condamnations pour irrégularités de procédure et ordonne un nouveau procès.

- 11 mai 2006: début du deuxième procès. Les infirmières et le médecin sont accusés d'avoir délibérement contaminé par le virus du sida plus de 400 enfants libyens, dans le cadre d'une expérience destinée à trouver un traitement.

- 19 décembre 2006: le tribunal condamne à mort les six accusés. L'affaire est automatiquement transmise en appel à la Cour suprême.

- 10 juillet 2007: la Fondation internationale Kadhafi pour les associations caritatives annonce, sans fournir de précisions, un accord entre les familles des enfants contaminés et les six soignants.

- 11 juillet 2007: la Cour suprême confirme la condamnation à mort des cinq infirmières et du médecin. L'affaire est transmise au Conseil juridique suprême de Libye, plus haute instance judiciaire du pays.

- 12 juillet 2007: intervenant pour la première fois publiquement sur la scène internationale, l'épouse du président français Nicolas Sarkozy, Cécilia, rend visite aux infirmières bulgares condamnées à mort en Libye et s'entretient avec le colonel Moammar Kadhafi. Elle est accompagnée du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant.

- 17 juillet 2007: le Conseil juridique suprême commue la condamnation à mort des condamnés en peines de prison à vie. Les familles des victimes avaient auparavant accepté de ne plus exiger l'application de la peine de mort à l'encontre des six condamnés. En vertu d'un accord intervenu entre la fondation Kadhafi et les familles, chacune d'entre elles a touché environ un million de dollars (725.480 euros).

- 19 juillet 2007: la Bulgarie fait une demande officielle auprès de Tripoli pour obtenir le rapatriement des cinq infirmières bulgares et du médecin palestinien, qui a entre-temps été naturalisé bulgare.

- 22 juillet 2007: la commissaire européenne aux Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner, Cécilia Sarkozy et Claude Guéant arrivent en Libye pour s'entretenir avec les autorités libyennes. Objectif: le "rapatriement immédiat" des infirmières et du médecin, selon un communiqué de l'Elysée.

- 24 juillet 2007: les cinq infirmières et le médecin quittent la Libye pour la capitale bulgare, Sofia, à bord d'un avion de la présidence française, en compagnie de Benita Ferrero-Waldner, Claude Guéant et Cécilia Sarkozy. A Paris, le président Nicolas Sarkozy confirme sa visite prévue le lendemain en Libye et assure que ni la France ni l'Union européenne n'ont versé d'argent pour obtenir cette libération.
Partager…

Données techniques

ID2380
Type de document (code)depeche
TitreLibération des infirmières et du médecin bulgares: chronologie
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication24 juillet 2007
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLe président bulgare grâcie les infirmières et le médecin dont la condamnation à mort venait d'être commuée en prison à vie en Libye
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsprocès + réactions internationales + ressortissant étranger
ZonegéosBulgarie + Libye + Palestine