Plan du site

Iran: les députés condamnent l'exécution de Zahra Bahrami et demandent des nouvelles sanctions

20110310IPR15257
communiqué de presse du 10 mars 2011 - Union européenne
Pays :
L'exécution de l'Irano-néerlandaise Zahra Bahrami a été fermement condamnée par le Parlement dans une résolution votée jeudi. Les relations futures de l'UE avec l'Iran – y compris de nouvelles sanctions éventuelles – devraient porter non seulement sur le programme nucléaire, mais également sur les violations des droits de l'homme constatées depuis l'élection présidentielle de 2009, ont-ils ajouté.
Le Parlement "est consterné par le fait que les autorités iraniennes ont refusé l'accès consulaire à Mme Bahrami et n'ont pas garanti une procédure judiciaire transparente et équitable", indique la résolution élaborée par Basiaan Belder (EFD, NL). Les députés demandent à la Haute représentante de l'Union pour la politique étrangère Catherine Ashton d'évoquer avec les autorités iraniennes les cas de Sakineh Mohammadi Ashtiani et de Zahra Bahrami.

Le moment est venu pour l'Union européenne de mettre en place une nouvelle stratégie plus large à l'égard de l'Iran, qui va au-delà du programme nucléaire et qui aborde la situation des droits de l'homme et le rôle régional de ce pays. Les députés demandent aux ministres européens des affaires étrangères d'imposer des sanctions visant les fonctionnaires iraniens responsables des graves violations des droits de l'homme observées depuis l'élection présidentielle contestée de juin 2009, dans l'esprit des mesures similaires adoptées par les Etats-Unis, en septembre dernier.

La menace nucléaire iranienne

Étant donné le refus constant de l'Iran de coopérer avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), les députés estiment que des sanctions supplémentaires sont devenues une conséquence logique. Cependant, ils souhaitent également s'assurer que Mme Ashton analyse l'impact et l'efficacité de toutes les mesures restrictives adoptées par l'Union européenne en vue d'empêcher l'Iran d'échapper au régime de sanctions. Les sanctions sont destinées à toucher les fonctionnaires inscrits de la liste noire, pas la population iranienne, ont-ils indiqué.

Peine de mort: triste situation

Le Parlement regrette que le nombre d'exécutions en Iran au cours de l'année 2009 a été le plus élevé des dix dernières années, ce qui place l'Iran en tête avec le nombre d'exécutions le plus important au monde. Les parlementaires demandent au gouvernement iranien d'instaurer un moratoire sur les exécutions et d'abolir les exécutions de mineurs âgés de moins de 18 ans.

Le malaise social

Les députés font état du mécontentement populaire qui a suivi l'élection présidentielle de 2009 et des aspirations croissantes de la population au changement démocratique. Les problèmes intérieurs de l'Iran continuent à s'aggraver, alors que le président Ahmadinejad poursuit un programme radical anti-occidental et anti-israélien. Les députés se disent inquiets face au rôle sans cesse croissant du Corps des gardiens de la révolution islamique dans les différentes sphères de la société iranienne, qui fait craindre une militarisation accrue de l'État, qui à son tour pourrait engendrer une escalade de la violence et de l'oppression de l'opposition politique.
Partager…

Données techniques

ID5456
Type de document (code)communique
TitreIran: les députés condamnent l'exécution de Zahra Bahrami et demandent des nouvelles sanctions
Description(non défini)
Référence20110310IPR15257
Date de publication10 mars 2011
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsUnion européenne (auteur)
Condamnés
Mots-clefsConvention de Vienne + exécution + lapidation + ressortissant étranger
ZonegéosIran + Pays-Bas