Plan du site

Monde: Quelques pays procèdent à un nombre alarmant d'exécutions, dénonce Amnesty

dépêche de presse du 27 mars 2012 - Agence de presse internationale catholique - APIC
Rapport sur la peine de mort dans le monde en 2011

Londres/Lausanne, 27 mars 2012 (Apic) Le nombre d'exécutions recensées par Amnesty International est passé de 527 en 2010 à 676 en 2011 et ces mises à mort sont le fait de quelques pays dans le monde. Ces derniers, la Chine, mais aussi l'Iran, l'Irak, l'Arabie saoudite et le Yémen, procèdent à un nombre "alarmant" d'exécutions, dénonce mardi Amnesty International (AI).

Dans son rapport "Death sentences and executions", l'organisation de défense des droits de l'homme se réjouit de la tendance générale, qui est à l'abolition de la peine de mort. Un groupe de pays "de plus en plus isolés" ont cependant procédé en 2011 à des exécutions dans des proportions alarmantes. La Chine et le Moyen-Orient sont les premiers visés par le rapport d'AI.

AI observe une augmentation brutale des exécutions en Iran, en Irak, en Arabie saoudite et au Yémen, ces quatre Etats étant responsables de 99 % de l'ensemble des exécutions recensées en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Les condamnations à la peine capitale et les mises à mort ont sanctionné toute une série d'infractions, notamment l'adultère et la sodomie en Iran, le blasphème au Pakistan, la sorcellerie en Arabie saoudite, le trafic d'ossements humains en République du Congo et les infractions à la législation sur les stupéfiants dans plus de 10 Etats. Les méthodes d'exécution utilisées en 2011 étaient notamment la décapitation, la pendaison, l'injection létale et la fusillade.

Ces chiffres ne tiennent pas compte des milliers d'exécutions qui ont eu lieu en Chine où les statistiques liées à la peine de mort ne sont pas publiées.

Dans la majorité des pays où des personnes ont été condamnées à mort ou exécutées, les procès n'ont pas respecté les normes internationales d'équité. Dans certains d'entre eux, des aveux ont été extorqués sous la torture ou la contrainte, notamment en Arabie saoudite, au Bélarus, en Chine, en Corée du Nord, en Iran et en Irak.

En 2011, seuls 20 pays sur 198 ont procédé à des exécutions - ce qui représente une baisse de plus d'un tiers sur 10 ans (ils étaient 31 en 2002). Dans le monde, 141 pays, à savoir plus des deux tiers, sont abolitionnistes en droit ou dans la pratique. Les Parlements du Bénin et de Mongolie ont adopté une loi en vue de ratifier le principal traité des Nations Unies qui vise à abolir la peine de mort. Le Bélarus demeurait le seul pays en Europe à procéder à des exécutions en 2011.

En 2011, les Etats-Unis ont été le seul pays des Amériques à procéder à des exécutions. Leur nombre est descendu à 43 en 2011, alors qu'il s'élevait à 46 en 2010, et à 71 en 2002. En 2011, 78 nouvelles condamnations à mort ont été prononcées aux Etats-Unis. Ce chiffre représente une baisse importante. La moyenne des condamnations prononcées chaque année entre 1980 et 1990 s'élevait en effet à 280. Aux Etats-Unis, l'Illinois est devenu le 16ème Etat à abolir la peine de mort, tandis que l'Oregon a annoncé l'instauration d'un moratoire sur les exécutions.
Partager…

Données techniques

ID6136
Type de document (code)depeche
TitreMonde: Quelques pays procèdent à un nombre alarmant d'exécutions, dénonce Amnesty
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication27 mars 2012
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsRapport d'Amnesty international : "Condamnations à mort et exécutions en 2011"
OrganisationsAgence de presse internationale catholique - APIC (auteur), Amnesty International
Condamnés
Mots-clefsexécution + rapport
ZonegéosArabie Saoudite + Bélarus (Biélorussie) + Chine + Etats-Unis + Irak + Iran + Monde + Pakistan + République démocratique du Congo + Yémen