Plan du site

Déclaration de la Haute Représentante, Mme Catherine Ashton, au nom de l'Union européenne, sur les exécutions au Japon

148/12
déclaration du 29 mars 2012 - Union européenne
Pays :
Bruxelles, le 29 mars 2012

L'UE déplore vivement l'exécution, le 29 mars 2012, de Yasuaki Uwabe, Tomoyuki Furusawa et Yasutoshi Matsuda et le fait que les exécutions aient ainsi repris au Japon, où la peine capitale n'avait plus été appliquée depuis vingt mois. L'Union européenne est opposée à l'application de la peine capitale dans tous les cas et en toutes circonstances et elle n'a cessé de réclamer son abolition universelle. L'UE considère que la peine de mort est un châtiment cruel et inhumain et que son abolition est essentielle à la protection de la dignité humaine.

Le Japon et l'UE ont des vues très proches sur un grand nombre de préoccupations concernant le respect des droits de l'homme de par le monde. À plusieurs reprises, l'UE a demandé aux autorités japonaises d'instituer un moratoire sur l'application de la peine de mort, en attendant son abolition complète par une loi. Le Japon rejoindrait ainsi tous les pays, de plus en plus nombreux, qui y renoncent: plus de deux tiers des pays du monde ont officiellement aboli ou cessé d'appliquer la peine de mort, comme l'a demandé l'Assemblée générale des Nations unies.
Partager…

Données techniques

ID6149
Type de document (code)
TitreDéclaration de la Haute Représentante, Mme Catherine Ashton, au nom de l'Union européenne, sur les exécutions au Japon
Description(non défini)
Référence148/12
Date de publication29 mars 2012
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsDéclaration du porte-parole de Mme Catherine Ashton, Haute Représentante de l'UE, sur deux exécutions survenues récemment au Japon, Reprise des exécutions capitales au Japon, après 20 mois sans exécutions
OrganisationsUnion européenne (auteur)
Condamnés
Mots-clefsexécution + réactions internationales + reprise d'exécution
ZonegéosJapon