Plan du site

Guinée équatoriale : Obiang Nguema candidat à sa succession pour la présidentielle de 2016

dépêche de presse du 11 novembre 2015 - Agence mondiale d'information - AFP
Le chef de l'État équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 36 ans, s'est déclaré mardi soir candidat à sa succession pour la présidentielle de 2016, sur la radio télévision nationale.

Miguel Oyono Ndong Mifumu : "Rien n'empêche Obiang Nguema Mbasogo de se représenter en 2016 et 2023"
« J'ai reçu l'accord de tous les militants pour être candidat à la prochaine élection présidentielle », dont la date précise n'est pas encore annoncée, a-t-il déclaré à l'ouverture du 3e congrès extraordinaire du Parti démocratique de Guinée Equatoriale (PDGE) dont il est le président.

Le président Obiang a par ailleurs reconnu qu'il y avait « trop de délinquance » dans son pays et estimé qu'il fallait désormais « couper les tendons des voleurs afin qu'ils soient identifiés dans la société ».

Il a également annoncé un prochain référendum sur la peine de mort, précisant qu'il était « soumis à une pression internationale pour abolir la peine de mort » mais que c'était au « peuple de décider ».

Teodoro Obiang Nguema dirige le pays d'Afrique centrale d'une main de fer depuis un coup d'État de 1979 qui avait renversé le régime sanguinaire de son oncle, Macias Nguema.

Son régime est régulièrement dénoncé par les organisations de défense des droits de l'Homme pour sa violente répression à l'encontre des opposants politiques, des organisations indépendantes de la société civile et des médias, ainsi que pour l'ampleur de la corruption dans le pays.
Partager…

Données techniques

ID8613
Type de document (code)depeche
TitreGuinée équatoriale : Obiang Nguema candidat à sa succession pour la présidentielle de 2016
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication11 novembre 2015
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsGuinée équatoriale: 2 hommes condamnés à mort pour meurtre
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsprésident + référendum
ZonegéosGuinée Equatoriale