Plan du site

L'Italie s'inquiète pour un chercheur détenu en Iran

dépêche de presse du 13 février 2017 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
Le gouvernement italien a exprimé son "extrême préoccupation" quant au sort d'un chercheur iranien, ancien collaborateur d'une université piémontaise, détenu en Iran depuis avril 2016 et qui, selon plusieurs médias, risque la peine capitale pour espionnage.

"Depuis le moment où il a appris la nouvelle de la détention du Dr. Ahmadreza Djalali, le ministère a activé ses canaux de communication avec les autorités iraniennes pour souligner l'attention et l'extrême préoccupation avec lesquelles ce cas est également suivi en Italie", a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère souligne "le lien qui unit le chercheur à l'université du Piémont oriental et sa communauté scientifique", et cherche à se renseigner sur ses conditions de détention, tout en réclamant "qu'il retourne rapidement auprès de sa famille".

Selon plusieurs médias italiens, Ahmadreza Djalali, 45 ans, a été arrêté le 25 avril 2016 alors qu'il s'était rendu en Iran pour une conférence. Il serait depuis détenu à la prison d'Evin.
Son épouse, qui vit à Stockholm avec leurs deux enfants, a déclaré au Corriere della Sera que le chercheur risquait "la peine de mort pour collaboration avec des pays ennemis".

Maintenu "à l'isolement complet pendant trois mois" après son arrestation, il a entamé une grève de la faim le 26 décembre et son état de santé s'est détérioré, a-t-elle ajouté.
M. Djalali a travaillé entre 2012 et 2015 à l'université du Piémont oriental, à Novara (nord), dans le domaine de la médecine de catastrophe. Il travaille aussi pour une université en Belgique.

Selon les informations obtenues ces derniers jours par Rome auprès de Téhéran, "les enquêtes sont encore en cours" et aucune condamnation n'a été prononcée pour l'instant.

Documents liés

Partager…

Données techniques

ID9318
Type de document (code)depeche
TitreL'Italie s'inquiète pour un chercheur détenu en Iran
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication13 février 2017
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLe professeur iranien de la VUB n'a pas encore été condamné à mort, Plus de 35.000 signatures pour le médecin iranien condamné à mort
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsespionnage + réactions internationales
ZonegéosIran + Italie
Url
Url d'originehttps://www.lorientlejour.com/article/1034848/litalie-sinquiete-pour-un-chercheur-detenu-en-iran.html
Url d'origine publiquejamais
Fichier(non défini)
Fichier public(non défini)
ExtraitNon
Signataire
Date de création14 février 2017
Date de modification14 février 2017