Plan du site

Les multiples exécutions en Arkansas inquiètent

dépêche de presse du 28 avril 2017 - Associated Press - AP
Pays :
VARNER, Ark. — Deux organisations de défense des droits de la personne de premier plan se sont inquiétées publiquement, vendredi, de l'exécution récente de multiples condamnés en Arkansas.

Le bureau onusien des droits de la personne s'est ainsi dit «profondément troublé» par les quatre exécutions menées depuis huit jours, déclarant que l'accélération des exécutions pour devancer l'expiration d'un produit sédatif, dimanche, «ajoute au caractère arbitraire et cruel de tout le processus».

La porte-parole Liz Throssell n'a toutefois pas condamné les exécutions, mais elle a prévenu que cet empressement «pourrait priver les détenus du plein exercice de leur droit de porter leur peine en appel».

Elle a ajouté que l'utilisation du sédatif midazolam a été «critiquée pour ne pas avoir empêché les gens de souffrir». Elle a ensuite applaudi la suspension de quatre autres exécutions en Arkansas, avant de rappeler que le nombre d'exécutions est en déclin constant depuis quelques années aux États-Unis.


De son côté, l'American Civil Liberties Union (ACLU) a affirmé que l'Arkansas a possiblement soumis un condamné à un châtiment cruel et inhabituel. Un journaliste de l'Associated Press affirme que Kenneth Williams a été secoué jeudi par une quinzaine de convulsions violentes environ trois minutes après l'injection du premier produit, puis par cinq moins intenses, avant de mourir.

La responsable de l'ACLU en Arkansas, Rita Sklar, a demandé la tenue d'une enquête pour déterminer si Williams a été «torturé».

Un porte-parole du gouverneur de l'Arkansas, Asa Hutchinson, a assuré que ces convulsions étaient des «spasmes musculaires involontaires» qui comptent parmi les effets secondaires connus du midazolam, le premier des trois produits qui sont injectés au condamné.

Williams avait été condamné à la prison à vie pour le meurtre d'une meneuse de claque. Il a ensuite tué un ancien gardien de prison après s'être évadé, ce qui lui a valu la peine de mort.

Tous les condamnés exécutés en Arkansas depuis quelques jours sont morts moins de 20 minutes après le début de leur exécution.
Partager…

Données techniques

ID9429
Type de document (code)depeche
TitreLes multiples exécutions en Arkansas inquiètent
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication28 avril 2017
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLa 4ème exécution en 8 jours dans l'Arkansas ne se déroule pas comme prévu
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
CondamnésKenneth Williams
Mots-clefsexécution + exécution ratée (néanmoins le condamné est exécuté) + ONG + produits - injection létale + réactions internationales
ZonegéosArkansas + Etats-Unis