Plan du site

Etats-Unis : l'ONU profondément troublée par les récentes exécutions dans l'Etat de l'Arkansas

communiqué de presse du 28 avril 2017 - Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU
Pays :
28 avril 2017 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) s'est dit profondément troublé par l'exécution de quatre hommes en l'espace de huit jours par l'Etat de l'Arkansas, aux Etats-Unis, après un moratoire de facto de 12 ans sur l'application de la peine de mort.

Kenneth Williams était le dernier prisonnier à avoir été exécuté par injection létale. Sa mort a été prononcée jeudi, juste après 11 heures, heure locale. Les trois autres prisonniers récemment exécutés sont Ledell Lee (20 avril), Marcel Williams (24 avril) et Jack Jones (24 avril).

« Nous nous félicitons du fait que les exécutions de quatre autres hommes en Arkansas aient été suspendues mais nous sommes vivement préoccupés par le fait que la peine de mort ait été appliquée dans ces quatre cas », a déclaré une porte-parole du HCDH, Elizabeth Throssell, lors d'un point de presse, vendredi, à Genève.

L'expiration le 30 avril des stocks de midazolam - l'un des médicaments utilisés dans les injections mortelles – et le manque de clarté concernant l'obtention d'autres stocks sont les raisons invoquées par le gouverneur de l'Arkansas pour avoir procédé aux exécutions.

« Un tel argument a conduit à l'accélération de l'organisation des exécutions de ces hommes de manière arbitraire, la date d'expiration d'un médicament étant un facteur déterminant », a déploré Mme Throssell. « Accélérer les exécutions peut nier aux prisonniers la possibilité d'exercer pleinement leurs droits de recours contre leur condamnation et/ou leur peine et peuvent également amener les États à raccourcir leurs procédures de clémence, ce qui affecte les droits des détenus », a précisé la porte-parole.

L'utilisation du médicament sédatif midazolam dans le protocole d'injection létale a été critiquée pour le fait qu'il n'empêche pas les gens de souffrir. Au cours des trois dernières années, des exécutions ratées ont été reportées en raison de l'utilisation de ce médicament dans plusieurs cas, y compris dans les Etats américains de l'Alabama, de l'Oklahoma et de l'Ohio.

Les exécutions dans l'Etat de l'Arkansas ont eu lieu dans un contexte de baisse régulière des condamnations à mort aux États-Unis, passant de 52 en 2009 à 20 en 2016. Dix exécutions ont été menées depuis le début de l'année.

« L'ONU s'oppose à la peine de mort en toutes circonstances et nous appelons tous les gouvernements qui la maintiennent à établir un moratoire officiel sur toutes les exécutions dans le but d'abolir la peine de mort », a rappelé Mme Throssell.
Partager…

Données techniques

ID9431
Type de document (code)communique
TitreEtats-Unis : l'ONU profondément troublée par les récentes exécutions dans l'Etat de l'Arkansas
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication28 avril 2017
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsArkansas : Une exécution se transforme en séance de torture, La 4ème exécution en 8 jours dans l'Arkansas ne se déroule pas comme prévu, L'Arkansas programme huit exécutions capitales en onze jours
OrganisationsOrganisation des Nations Unies, Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU (auteur)
CondamnésJack Jones, Ledell Lee, Marcel Williams, Kenneth Williams
Mots-clefsexécution + produits - injection létale + réactions internationales + sursis
ZonegéosArkansas + Etats-Unis