Jordanie — actualités

Plan du site

Jordanie

Exécution de 15 condamnés à mort en Jordanie

4 mars 2017
Pays :
Thème :
La Jordanie exécute quinze hommes par pendaison, dont dix condamnés à mort pour terrorisme.

En décembre 2014 déjà la Jordanie avait exécuté 11 condamnés à mort le même jour (sachant que les précédentes exécutions remontaient alors à 2006).

Reprise des exécutions capitales en Jordanie, huit ans après les précédentes

21 décembre 2014
Pays :
La Jordanie exécute onze hommes par pendaison, tous condamnés à mort pour meurtre.

Les précédentes exécutions capitales remontaient à 2006 en Jordanie.

Commutation d'une peine de mort en Jordanie, suite à l'accord de la famille de la victime

17 février 2011
Pays :
La justice jordanienne commue en 15 ans de prison la peine capitale d'un homme condamné à mort pour meurtre.
Comme il s'agissait, selon les dispositions jordaniennes, d'un "crime d'honneur" (le condamné avait tué sa nièce qui avait été violée), les commutations de peine sont possibles quand la famille de la victime accorde son indulgence.

Entrée en vigueur de la Charte arabe des droits de l'homme de 2004

La nouvelle Charte arabe des droits de l'homme adoptée par le Sommet de la Ligue des Etats arabes en mai 2004 entre en vigueur (60 jours après sa ratification par un septième Etat membre).

La Charte a été ratifiée par l'Algérie, le Bahreïn, les Emirats arabes Unis, la Jordanie, la Libye, la Palestine et la Syrie.

Contrairement à la Charte arabe des droits de l'homme de 1994, cette nouvelle version n'interdit pas expressément l'application de la peine de mort à des mineurs. En effet la nouvelle Charte précise dans son article 7 que "La peine de mort ne peut être prononcée contre des personnes âgées de moins de 18 ans sauf disposition contraire de la législation en vigueur au moment de l'infraction".

58 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU

Dans une note verbale à propos de la résolution 62/149 "Moratoire sur la peine de mort" adoptée le 18 décembre 2007, 58 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou son abolition".

Cette note, introduite par Singapour est adressée au Secrétaire Général de l'Onu et distribuée à l'Assemblée Genérale des Nations Unies.