Mauritanie — actualités

Plan du site

Mauritanie

Libération d'un blogueur mauritanien anciennement condamné à mort

9 novembre 2017
Pays :
Dans le cadre d'un nouveau procès, le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mohamed a été condamné à 2 ans de prison alors qu'il y a déjà passé 3 ans.
Il avait été condamné à mort en décembre 2014 pour apostasie puis pour mécréance pour un article de blog jugé blasphématoire, avant que sa peine ne soit annulée en janvier 2017 par la Cour suprême qui renvoya l'affaire devant une nouvelle cour d'appel.

La dernière exécution capitale en Mauritanie remonte à 1987 et il s'agissait de la première affaire dans laquelle une condamnation à mort était prononcée pour apostasie.

Annulation d'une condamnation à mort pour apostasie/mécréance et nouveau procès en Mauritanie

31 janvier 2017
Pays :
La condamnation à mort du jeune blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mohamed (ou Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir) a été annulée par la Cour suprême de Mauritanie qui renvoie l'affaire devant une cour d'appel autrement composée. Il sera donc rejugé.

Détenu depuis le 2 janvier 2014, il avait été condamné à mort le 24 décembre 2014 pour "apostasie" pour un billet de blog jugé blasphématoire. Le 21 avril 2016 les faits ont été requalifiés en "mécréance" par la cour d'appel qui avait maintenu la condamnation à mort.
De nombreux manifestants en Mauritanie ont appelé à son exécution alors même qu'il n'y a pas eu d'exécution capitale en Mauritanie depuis 1987 et qu'il s'agit de la première affaire de peine de mort pour apostasie.

Confirmation d'une condamnation à mort pour mécréance en Mauritanie

21 avril 2016
Pays :
La condamnation à mort du jeune blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mohamed (ou Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir) a été confirmée par la cour d'appel de Nouadhibou.
Il avait été condamné à mort le 24 décembre 2014 pour "apostasie". Les faits ont été requalifiés en appel et c'est la "mécréance" qui a été retenue car il s'est repenti. La Cour suprême sera maintenant saisie pour juger de la sincérité de son repentir.

Les dernières exécutions capitales en Mauritanie remontent à 1987.

Condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

24 décembre 2014
Pays :
La Cour criminelle de Nouadhibou condamne à mort Mohamed Cheikh Ould Mohamed (ou Mohamed Ould Mkheitir) pour apostasie. Ce jeune musulman mauritanien avait été accusé suite à un écrit sur internet jugé "blasphématoire contre la personne du prophète de l'Islam".

Cette condamnation à mort est la première pour apostasie en Mauritanie. Les dernières exécutions capitales en Mauritanie remontent à 1987.

Commutation des peines de 3 condamnés à mort mineurs au moment des faits en Mauritanie

8 décembre 2011
Pays :
Thème :
Selon les informations transmises par Amnesty International, les trois jeunes hommes qui ont été condamnés à mort en Mauritanie le 15 mai 2011 pour des crimes commis alors qu'ils étaient mineurs, voient "leurs peines ramenées à 12 ans d'emprisonnement et au paiement d'une amende" par la Cour d'appel.
Il s'agit de Mohamed Yahya ould Salem, Seydina Aly Ould Ahmed et de Zeine Ould Abédine Ould Ahmed.

Treize condamnations à mort en un mois en Mauritanie

23 juin 2010
Pays :
Après la condamnation à mort de trois Mauritaniens le 25 mai 2010 pour l'assassinat de quatre touristes français en 2007, 3 autres condamnations ont été prononcées le 22 juin, et 7 autres le 23 juin (dont la majorité envers des ressortissants étrangers).
Toutes ces condamnations ont été prononcées pour assassinat par la cour criminelle de Nouakchott.

Les dernières exécutions en Mauritanie remontent à 1987.

58 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU

Dans une note verbale à propos de la résolution 62/149 "Moratoire sur la peine de mort" adoptée le 18 décembre 2007, 58 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou son abolition".

Cette note, introduite par Singapour est adressée au Secrétaire Général de l'Onu et distribuée à l'Assemblée Genérale des Nations Unies.