Nigéria — actualités

Plan du site

Nigéria

L'Indonésie exécute 4 condamnés à mort, dont 3 ressortissants étrangers

29 juillet 2016
Thème :
Malgré les appels internationaux à la clémence, quatre condamnés à mort dont trois ressortissants du Nigéria sont exécutés par peloton d'exécution en Indonésie.
Ils avaient tous été condamnés à mort pour trafic de drogue.

En 2015 déjà, l'Indonésie avait exécuté 14 condamnés à mort dont 12 ressortissants étrangers.

Commutation de peine pour quatre condamnés à mort au Nigéria

28 mai 2015
Pays :
Thème :
Le gouverneur sortant de l'Etat du Delta, Emmanuel Uduaghan, commue les peines de 4 condamnés à mort avant de quitter ses fonctions.
Parmi eux, Moses Akatugba, mineur au moment des faits, a été totalement gracié et libéré.
Moses Akatugba avait été arrêté à 16 ans, en 2005, pour vol de téléphones portables, puis condamné à mort. Amnesty International, notamment, s'était fortement mobilisé pour lui, dénonçant notamment la torture utilisée pour obtenir ses aveux.

L'Indonésie exécute 8 condamnés à mort, dont 7 ressortissants étrangers, pour trafic de drogue

29 avril 2015
Thème :
Malgré de très vives réactions internationales, huit condamnés à mort sont exécutés par peloton d'exécution en Indonésie, dont 7 ressortissants de l'Australie (2), du Brésil et du Nigéria (4).
Ils avaient tous été condamnés à mort pour trafic de drogue.

Le 18 janvier déjà, l'Indonésie avait exécuté 6 condamnés à mort, dont 5 ressortissants étrangers.

L'Indonésie exécute 6 condamnés à mort, dont 5 ressortissants étrangers et 2 femmes, pour trafic de drogue

18 janvier 2015
Thème :
Malgré les appels internationaux à la clémence, quatre condamnés à mort ressortissants du Brésil, du Malawi, du Nigéria et des Pays-Bas et deux femmes, l'une indonésienne et l'autre vietnamienne, sont exécutés par peloton d'exécution en Indonésie.
Ils avaient tous été condamnés à mort dans des affaires liées à la drogue.

L'Indonésie avait repris en mars 2013 les exécutions capitales après une suspension de plus de 4 ans. Selon Amnesty international il n'y a pas eu d'exécutions en Indonésie durant l'année 2014.

La Cour de justice de la CEDEAO demande au Nigeria de suspendre une condamnation à mort

31 janvier 2014
Pays :
Une décision de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest demande au gouvernement fédéral du Nigeria et à l'Etat d'Edo de suspendre l'exécution de M. Thankgod Ebhos en attendant que son recours soit examiné.

Reprise des exécutions capitales au Nigéria

24 juin 2013
Pays :
Quatre condamnés à mort ont été exécutés par pendaison dans l'Etat d'Edo au sud du Nigéria.

Il s'agit des premières exécutions capitales dont Amnesty international a connaissance au Nigéria depuis 2006.

53 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU, suite à la résolution de décembre 2010

Dans une note verbale à propos de la résolution 65/206 "Moratoire sur l'application de la peine de mort" adoptée le 21 décembre 2010, 53 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou l'abolition de cette dernière en violation des dispositions du droit international en vigueur".

Une note similaire avait été signée par 53 pays également en 2009 et par 58 pays en 2008, pour faire suite aux précédentes résolutions de l'Assemblée Générale des Nations Unies.

Au Nigéria des gouverneurs souhaitent reprendre les exécutions capitales

20 avril 2010
Pays :
Des gouverneurs d'Etat du Nigéria déclarent qu'ils vont exécuter les condamnés à mort pour soulager les prisons surpeuplées.

Cette annonce faite après une réunion qui a rassemblé 36 gouverneurs le 20 avril à Abuja, fait suite à une nouvelle mutinerie qui a éclaté dans une prison du nord du Nigéria.

53 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU

Dans une note verbale à propos de la résolution 63/168 "Moratoire sur la peine de mort" adoptée le 18 décembre 2008, 53 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou son abolition".

Cette note, introduite est adressée au Secrétaire Général de l'Onu et distribuée à l'Assemblée Générale des Nations Unies. L'année précédente une note similaire a été signée par 58 pays.

Un Etat du Nigéria introduit la peine de mort pour séquestration

13 janvier 2009
Pays :
Theodore Orji, le gouverneur de l'Etat d'Abia, au sud-est du Nigéria, promulgue une loi pénale qui augmente le champ d'application de la peine capitale pour cet Etat.

Le parlement d'Abia avait en effet approuvé l'introduction de la peine de mort pour la séquestration (kidnapping) qui était auparavant punie de 10 ans d'emprisonnement.

L'indonésie exécute deux ressortissants étrangers pour trafic de drogue

26 juin 2008
Thème :
Deux Nigérians, Samuel Iwachekawu Okoye et Hansen Anthony Nwaoysa, sont exécutés par peloton d'exécution en Indonésie pour des infractions liées à la drogue.

58 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU

Dans une note verbale à propos de la résolution 62/149 "Moratoire sur la peine de mort" adoptée le 18 décembre 2007, 58 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou son abolition".

Cette note, introduite par Singapour est adressée au Secrétaire Général de l'Onu et distribuée à l'Assemblée Genérale des Nations Unies.

Amina Lawal, condamnée à mort par lapidation pour adultère, est acquittée au Nigéria

25 septembre 2003
Pays :
Thème :
Amina Lawal, une Nigériane condamnée en première instance à la peine capitale par lapidation pour avoir donné naissance à un enfant dix mois après son divorce, a été relaxée en appel.

Exécution d'un mineur au Nigéria

31 juillet 1997
Pays :
Thème :
Un mineur de 17 ans est exécuté en public au Nigéria après avoir été condamné à mort le 30 mai, par un tribunal d'exception. Il avait 15 ans au moment des faits.

Exécution publique de 38 condamnés à mort au Nigéria

2 août 1994
Pays :
Trente-huit condamnés à mort sont fusillés par un peloton d'exécution devant une foule de 20000 personnes au Nigéria.
Selon Amnesty International, au moins 97 personnes ont été exécutées de cette façon depuis février 1994.