Pakistan — actualités

Plan du site

Pakistan

La Cour internationale de Justice (CIJ) demande au Pakistan de surseoir à l'exécution d'un ressortissant indien

18 mai 2017
Pays :
La Cour Internationale de Justice "prescrit à la République islamique du Pakistan de prendre «toutes les mesures dont [elle] dispose» pour que M. Kulbhushan Sudhir Jadhav, ressortissant indien, ne soit pas exécuté tant qu'elle n'aura pas rendu sa décision définitive en l'affaire".

Ces mesures conservatoires, adoptées à l'unanimité, sont demandées dans l'affaire Jadhav (Inde c. Pakistan) pour un différend portant sur des violations de la convention de Vienne sur les relations consulaires qui auraient été commises à l'égard de M. Jadhav, condamné à mort au Pakistan.

Rapport d'Amnesty international : "Condamnations à mort et exécutions en 2016"

11 avril 2017
L'Organisation Non Gouvernementale Amnesty international présente son rapport sur les condamnations à mort et exécutions en 2016 :

"En 2016, 23 pays (environ un pays sur 8 à l'échelle mondiale) ont procédé à des exécutions, à la connaissance d'Amnesty International. Ce chiffre était bien plus élevé il y a 20 ans (ils étaient 40 en 1997).
La plupart des exécutions ont eu lieu, par ordre décroissant, en Chine, en Iran, en Arabie saoudite, en Irak et au Pakistan."

Exécution au Pakistan du meurtrier du gouverneur Taseer assassiné en raison de son opposition à la loi sur le blasphème

29 février 2016
Pays :
Le Pakistan exécute par pendaison Mumtaz Qadri, qui avait été condamné à mort pour l'assassinat du gouverneur Taseer.

Le 4 janvier 2011, le gouverneur de la province du Pendjab, Salman Taseer, avait été assassiné en raison de son opposition à la législation qui prévoit la peine de mort pour blasphème au Pakistan.

Le Pakistan a procédé à 332 exécutions en moins de treize mois

15 janvier 2016
Pays :
Thème :
Le gouvernement pakistanais transmet un rapport au parlement qui fait état de 332 exécutions depuis la reprise des exécutions capitales.

Le Pakistan avait repris les exécutions capitales le 19 décembre 2014 suite à l'attaque terroriste dans une école de Peshawar.
Au départ ces exécutions ne concernaient que les personnes condamnées à mort pour terrorisme mais au mois de mars 2015 elles avaient été élargies à toutes les condamnations à mort

Exécution de 4 hommes condamnés à mort par un tribunal militaire secret pour le massacre du Peshawar au Pakistan

1 décembre 2015
Pays :
Thème :
Le Pakistan exécute par pendaison quatre condamnés à mort pour leur implication dans le massacre de l'école d'enfants de militaires de Peshawar en décembre 2014.

Ces hommes avaient été condamnés à mort le 13 août par un tribunal militaire dans le cadre d'une procédure d'exception mise en place après ce massacre pour lutter contre le terrorisme.

Cent exécutions recensées en un peu plus de quatre mois au Pakistan

28 avril 2015
Pays :
La pendaison de Munir Hussain, condamné à mort pour meurtre, est la 100ème exécution capitale recensée par Amnesty International au Pakistan depuis la reprise des exécutions le 19 décembre 2014.

Le rythme des exécutions s'est accéléré depuis le mi-mars.

Suspension des exécutions pour les personnes condamnées à mort par les tribunaux militaires au Pakistan

16 avril 2015
Pays :
Thème :
La Cour suprême pakistanaise suspend les condamnations à mort prononcées par des tribunaux militaires, suite à la contestation de la création (début janvier) des tribunaux militaires chargés d'accélérer les procédures dans les affaires de terrorisme.

Le Pakistan exécute 12 condamnés à mort dont un qui était mineur au moment de sa condamnation

17 mars 2015
Pays :
Thème :
Douze condamnés à mort ont été exécutés en une seule journée dans plusieurs prisons au Pakistan.

Parmi eux, Muhammad Afzal avait 16 ans lors de sa condamnation à mort.

Depuis la reprise des exécutions en décembre 2014 cela porte le total à 39 exécutions capitales. Le Pakistan venait d'étendre la reprise des exécutions à tous les condamnés à mort (auparavant cette reprise ne concernait que les cas de terrorisme).

Le Pakistan annonce la reprise des exécutions capitales pour tous les condamnés à mort

10 mars 2015
Pays :
Le Pakistan annonce qu'il va lever complètement son moratoire sur la peine de mort, après l'avoir levé dans un premier temps pour les affaires de terrorisme.

Mi-décembre 2014, le gouvernement pakistanais avait annoncé la levée du moratoire sur les exécutions pour les personnes condamnées à mort pour terrorisme, avant de procéder aux premières exécutions le 19 décembre 2014. Depuis cette première reprise, 24 exécutions ont été recensées.

Deux nouvelles exécutions au Pakistan

7 janvier 2015
Pays :
Deux hommes sont pendus à la prison de Multan, au Pakistan. Ghulam Shabbir et Ahmed Ali avaient tous les deux été condamnés à mort pour meurtres.

Cela porte à neuf le nombre d'exécutions au Pakistan depuis la rupture du moratoire sur la peine de mort le 19 décembre 2014.

Reprise des exécutions capitales au Pakistan

19 décembre 2014
Pays :
Thème :
Le Pakistan exécute par pendaison deux hommes condamnés à mort pour terrorisme.

Ces exécutions font suite à l'annonce par le gouvernement l'avant-veille de le la levée du moratoire sur les exécutions capitales dans les cas de terrorisme, au lendemain de l'attaque terroriste contre une école qui a fait plus de 140 morts.

La précédente exécution au Pakistan remontait à novembre 2012, pour un homme condamné par un tribunal militaire ; mais le Pakistan appliquait un moratoire sur la peine de mort pour les crimes de droit commun depuis 2008.

Confirmation de la condamnation à mort d'une femme pour blasphème au Pakistan

16 octobre 2014
Pays :
Thème :
La Haute Cour de Lahore rejette l'appel d'Asia Bibi, femme chrétienne pakistanaise condamnée à mort pour blasphème.

Asia Bibi, avait été condamnée à mort pour blasphème le 8 novembre 2010.

Le gouvernement du Pakistan annonce qu'il reconduit pour le moment le moratoire sur la peine de mort

3 octobre 2013
Pays :
Le gouvernement pakistanais annonce que le moratoire sur les exécutions capitales sera finalement maintenu.

Début juillet le gouvernement avait annoncé une prochaine reprise des exécutions, projet qu'il avait suspendu en août.

Le gouvernement du Pakistan suspend temporairement son projet de reprise des exécutions capitales

18 août 2013
Pays :
Après avoir annoncé une prochaine reprise des exécutions capitales, le nouveau gouvernement pakistanais suspend temporairement sa mise en application.

Le précédent gouvernement avait soutenu un moratoire de plusieurs années sur les exécutions pour les personnes condamnées pour des crimes de droit commun.

Le ministère de l'Intérieur du Pakistan annonce que le moratoire sur les exécutions capitales va prendre fin

4 juillet 2013
Pays :
Le nouveau gouvernement pakistanais annonce qu'il veut mettre fin au moratoire sur l'exécution de la peine de mort pour les crimes de droit commun [un homme condamné à mort par un tribunal militaire a été exécuté en novembre 2012].
Le précédent gouvernement avait mis un frein à l'application de la peine de mort en 2008.

Reprise des exécutions capitales au Koweït

1 avril 2013
Trois hommes sont exécutés au Koweït alors que les précédentes exécutions capitales remontaient à 2007.

Parvez Ghulam, ressortissant pakistanais, Fayçal al-Oteibi, ressortissant saoudien, et Dhaher al-Oteibi, apatride arabe, ont été exécutés par pendaison.

Reprise d'exécution en Inde, avec l'exécution d'un ressortissant pakistanais condamné à mort pour terrorisme

20 novembre 2012
Pays :
Thème :
L'Inde exécute Mohammed Kasab, ressortissant pakistanais condamné à mort pour les attentats de Bombay de 2008.

La précédente exécution capitale en Inde avait eu lieu en 2004. Avant 2004, la dernière exécution connue en Inde remontait à 1995.

53 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU, suite à la résolution de décembre 2010

Dans une note verbale à propos de la résolution 65/206 "Moratoire sur l'application de la peine de mort" adoptée le 21 décembre 2010, 53 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou l'abolition de cette dernière en violation des dispositions du droit international en vigueur".

Une note similaire avait été signée par 53 pays également en 2009 et par 58 pays en 2008, pour faire suite aux précédentes résolutions de l'Assemblée Générale des Nations Unies.

Nouvel assassinat lié à l'opposition à la législation qui prévoit la peine de mort pour blasphème au Pakistan

2 mars 2011
Pays :
Le ministre pakistanais chargé des minorités, Shahbaz Bhatti, est assassiné. Ce meurtre intervient dans un climat de violences dans le débat sur la loi sur le blasphème, alors que Shahbaz Bhatti défendait la suppression de la peine capitale pour blasphème.

Le 4 janvier 2011, le gouverneur de la province du Pendjab, Salman Taseer, a été assassiné en raison de son opposition à la législation sur le blasphème au Pakistan.

Condamnation à mort d'une femme pour blasphème au Pakistan

8 novembre 2010
Pays :
Thème :
Une femme chrétienne, Asia Bibi, est condamnée à mort pour blasphème par un tribunal de Nankana, dans la province du Pendjab au Pakistan.

Le gouvernement pakistanais approuve le projet de commutation des peines de mort en peines de prison à vie

3 juillet 2008
Pays :
Suite à l'annonce faite le 21 juin 2008 par le premier ministre Yousuf Raza Gilani, le gouvernement fédéral pakistanais a formellement approuvé le projet de commuer les peines capitales en peines d'emprisonnement à vie.

Cette mesure, si elle est approuvée, concernerait plus de 7000 prisonniers actuellement condamnés à mort.

Le premier ministre pakisatanais annonce un projet de commutation pour les peines de milliers de condamnés à mort

21 juin 2008
Pays :
A l'occasion de la commémoration de l'anniversaire de naissance de Benazir Bhutto (ancien premier ministre assassiné le 27 décembre 2007), le premier ministre Yousuf Raza Gilani annonce un projet de commuer en prison à vie les peines de milliers de condamnés à mort.
Cette recommandation devrait être transmise au président par le ministère de l'Intérieur.

58 pays s'opposent au projet d'imposer un moratoire sur la peine de mort au niveau de l'ONU

Dans une note verbale à propos de la résolution 62/149 "Moratoire sur la peine de mort" adoptée le 18 décembre 2007, 58 pays "continuent de s'opposer à toute tentative visant à imposer un moratoire sur la peine de mort ou son abolition".

Cette note, introduite par Singapour est adressée au Secrétaire Général de l'Onu et distribuée à l'Assemblée Genérale des Nations Unies.

La peine de mort pour les mineurs est rétablie au Pakistan

6 décembre 2004
Pays :
Thème :
La haute cour de Lahore abroge l'Ordonnance relative à la justice des mineurs qui avait, le 1er juillet 2000, aboli la peine de mort pour les mineurs dans la plupart des régions du Pakistan.

En novembre 2001, un condamné à mort reconnu coupable d'un meurtre commis alors qu'il avait treize ans a été exécuté dans une zone tribale sous administration provinciale dans laquelle ne s'appliquait pas l'Ordonnance relative à la justice des mineurs. À la connaissance d'Amnesty International, aucun autre mineur n'a été exécuté au Pakistan depuis 1997.

Commutation des peines de mort prononcées contre des mineurs au Pakistan

13 décembre 2001
Pays :
Thème :
Un décret pakistanais commue en réclusion à perpétuité une centaine de peines de mort prononcées contre des personnes reconnues coupables d'infractions perpétrées alors qu'elles avaient moins de dix-huit ans.

En juillet 2000, le président Parvez Moucharraf avait promulgué une ordonnance relative à la justice pour mineurs, qui interdisait l'application de la peine capitale pour les crimes commis par des personnes de moins de dix-huit ans mais ce texte n'avait pas d'effet rétroactif et n'a donc pas profité aux mineurs délinquants condamnés à mort précédemment.

Condamnation à mort pour blasphème au Pakistan

18 août 2001
Pays :
Younis Shaikh est condamné à mort pour blasphème par un tribunal pénal à Islamabad.
Selon Amnesty International : "Au Pakistan, les personnes reconnues coupables de blasphème sont systématiquement condamnées à mort et voient le plus souvent leur peine commuée par une juridiction supérieure. Cependant, il y a quelques mois Ayub Masih, un chrétien condamné à mort pour blasphème, a vu sa sentence confirmée par une instance supérieure. Détenu depuis son arrestation en octobre 1996, Ayub Masih, actuellement incarcéré à l'isolement, a demandé une commutation de peine à la Cour suprême, plus haute instance d'appel du Pakistan."