La peine de mort dans le monde — Zimbabwe http://www.peinedemort.org/rss/pays?id=ZWE Zimbabwe : tous les documents concernant la peine de mort. fr Sophie Fotiadi <sophie.fotiadi@peinedemort.org>, 2017 Wed, 22 Nov 2017 06:37:22 +0100 Thu, 02 Nov 2017 07:29:20 +0100 120 Zimbabwe : Mugabe pour le rétablissement réel de la peine de mort http://www.peinedemort.org/document/9616 AFP- Le président zimbabwéen Robert Mugabe a appelé au rétablissement, dans les faits, de la peine de mort, après la candidature de plus de 50 personnes au poste de bourreau chargé d'exécuter les condamnés à mort par pendaison. La Constitution du pays adoptée en 2013 autorise la peine de mort par pendaison pour les hommes adultes âgés de 18 à 69 ans et condamnés aux crimes les plus graves. Mais personne n'a été exécuté au Zimbabwe depuis que le dernier bourreau a pris sa retraite en 2005. "Je pense qu'on devrait restaurer la peine de mort", a déclaré M. Mugabe dans la capitale Harare lors des obsèques d'un combattant de la lutte pour l'indépendance du Zimbabwe. Le président, âgé de 93 ans, s'est dit choqué par le nombre de crimes commis dans le pays, après avoir reçu un rapport de la police dont il n'a pas donné de détails. "Les gens jouent avec la mort en s'entretuant", a ajouté M. Mugabe. "Est-ce pour cela que nous avons libéré ce pays (en 1980)? Nous voulons que ce pays soit pacifique, que cette nation soit heureuse, nous ne voulons pas d'un pays où les gens s'entretuent", a-t-il encore dit. Actuellement, 92 prisonniers attendent dans les couloirs de la mort au Zimbabwe. En octobre, les autorités avaient reçu plus de cinquante candidatures pour le poste de bourreau dans ce pays d'Afrique australe où près de 90% de la population est au chômage.
La Constitution du pays adoptée en 2013 autorise la peine de mort par pendaison pour les hommes adultes âgés de 18 à 69 ans et condamnés aux crimes les plus graves. Mais personne n'a été exécuté au Zimbabwe depuis que le dernier bourreau a pris sa retraite en 2005.

"Je pense qu'on devrait restaurer la peine de mort", a déclaré M. Mugabe dans la capitale Harare lors des obsèques d'un combattant de la lutte pour l'indépendance du Zimbabwe.

Le président, âgé de 93 ans, s'est dit choqué par le nombre de crimes commis dans le pays, après avoir reçu un rapport de la police dont il n'a pas donné de détails.

"Les gens jouent avec la mort en s'entretuant", a ajouté M. Mugabe. "Est-ce pour cela que nous avons libéré ce pays (en 1980)? Nous voulons que ce pays soit pacifique, que cette nation soit heureuse, nous ne voulons pas d'un pays où les gens s'entretuent", a-t-il encore dit.

Actuellement, 92 prisonniers attendent dans les couloirs de la mort au Zimbabwe.

En octobre, les autorités avaient reçu plus de cinquante candidatures pour le poste de bourreau dans ce pays d'Afrique australe où près de 90% de la population est au chômage.]]>
http://www.peinedemort.org/document/9616 Wed, 01 Nov 2017 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP
Le président zimbabwéen réaffirme son soutien à la peine de mort http://www.peinedemort.org/document/9617 HARARE, 1er novembre (Xinhua) -- Le président zimbabwéen Robert Mugabe a réaffirmé mercredi son soutien à la peine de mort dans le sillage de l'augmentation du nombre de morts dans le pays. Le président a dénoncé la multiplication des cas de viol et de meurtre, appelant le pays à respecter le caractère sacré de la vie humaine. Cet appel fait suite au meurtre récemment de la soeur Ruvadiki Plaxedes Kamundya, de l'église catholique romaine, à Mutoko dans la province de Mashonland Est. Un homme a été arrêté en relation avec cette affaire car il est suspecté d'avoir violé et tué la femme avant de jeter son corps dans un barrage proche. M. Mugabe, catholique fervent, a estimé que de tels actes nécessitaient la sanction la plus sévère. "Restaurons la peine de mort. Les gens ont perdu le respect pour la vie humaine. Ils se tuent sans scrupule pour un rien. Est-ce cela le pays pour lequel nous avons combattu ?" , a déclaré M. Mugabe. La Constitution zimbabwéenne, adoptée en 2013, autorise la condamnation à mort par pendaison pour les hommes de 18 à 70 ans convaincus de meurtre aggravé, tandis que les femmes et les enfants sont à l'abri d'une telle sanction. Toutefois, le gouvernement zimbabwéen n'a mené à bien aucune exécution depuis 2005, en partie en raison d'une absence de bourreau. Au moins 80 condamnés attendent actuellement dans le couloir de la mort. La société civile zimbabwéenne a appelé par le passé à abolir la peine de mort, estimant que cette sentence est cruelle et porte atteinte au droit à la vie. Plusieurs pays d'Afrique australe, dont le Mozambique, l'Angola, la Namibie et l'Afrique du Sud, ont déjà aboli la peine de mort.
Le président a dénoncé la multiplication des cas de viol et de meurtre, appelant le pays à respecter le caractère sacré de la vie humaine.

Cet appel fait suite au meurtre récemment de la soeur Ruvadiki Plaxedes Kamundya, de l'église catholique romaine, à Mutoko dans la province de Mashonland Est.

Un homme a été arrêté en relation avec cette affaire car il est suspecté d'avoir violé et tué la femme avant de jeter son corps dans un barrage proche.

M. Mugabe, catholique fervent, a estimé que de tels actes nécessitaient la sanction la plus sévère.

"Restaurons la peine de mort. Les gens ont perdu le respect pour la vie humaine. Ils se tuent sans scrupule pour un rien. Est-ce cela le pays pour lequel nous avons combattu ?" , a déclaré M. Mugabe.

La Constitution zimbabwéenne, adoptée en 2013, autorise la condamnation à mort par pendaison pour les hommes de 18 à 70 ans convaincus de meurtre aggravé, tandis que les femmes et les enfants sont à l'abri d'une telle sanction.

Toutefois, le gouvernement zimbabwéen n'a mené à bien aucune exécution depuis 2005, en partie en raison d'une absence de bourreau.

Au moins 80 condamnés attendent actuellement dans le couloir de la mort.

La société civile zimbabwéenne a appelé par le passé à abolir la peine de mort, estimant que cette sentence est cruelle et porte atteinte au droit à la vie.

Plusieurs pays d'Afrique australe, dont le Mozambique, l'Angola, la Namibie et l'Afrique du Sud, ont déjà aboli la peine de mort.]]>
http://www.peinedemort.org/document/9617 Wed, 01 Nov 2017 00:00:00 +0100 Xinhua