La peine de mort dans le monde — Dakota du sud https://www.peinedemort.org/rss/etat?id=US-SD Dakota du sud : tous les documents concernant la peine de mort. fr Sophie Fotiadi <sophie.fotiadi@peinedemort.org>, 2019 Wed, 18 Sep 2019 19:56:26 +0200 Tue, 23 Apr 2019 07:38:02 +0200 120 La Cour suprême américaine refuse d'examiner le recours d'un condamné à mort gay https://www.peinedemort.org/document/10469 La Cour suprême des Etats-Unis a refusé lundi d'examiner l'appel d'un condamné à mort homosexuel qui estime avoir été victime des préjugés d'un juré sur son orientation sexuelle. Charles Rhines a été condamné à la peine capitale pour avoir tué un employé lors d'un cambriolage dans un magasin du Dakota du Sud en 1992. Selon ses avocats, un des membres du jury avait refusé de le condamner à la perpétuité au motif que cela reviendrait à "l'envoyer où il rêve d'être", avec "des hommes en prison". Estimant que ses droits à un procès juste et équitable avaient été bafoués, sa défense avait demandé à la Cour suprême de se saisir du dossier et d'étendre sa jurisprudence récente sur les jurés racistes. En 2017, le temple du droit américain avait estimé que le secret des délibérations entre jurés pouvait être levé en cas de forts soupçons de racisme. "Tout comme les préjugés racistes, les préjugés homophobes n'ont pas de place dans le système de justice criminelle", a estimé l'avocat de M. Rhines, Shawn Nolan. "Les deux diminuent la confiance du public dans l'équité du système." La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU s'était associée à ce recours. La Cour suprême n'a pas expliqué pourquoi elle a décidé de ne pas s'en saisir.
Charles Rhines a été condamné à la peine capitale pour avoir tué un employé lors d'un cambriolage dans un magasin du Dakota du Sud en 1992.

Selon ses avocats, un des membres du jury avait refusé de le condamner à la perpétuité au motif que cela reviendrait à "l'envoyer où il rêve d'être", avec "des hommes en prison".

Estimant que ses droits à un procès juste et équitable avaient été bafoués, sa défense avait demandé à la Cour suprême de se saisir du dossier et d'étendre sa jurisprudence récente sur les jurés racistes.

En 2017, le temple du droit américain avait estimé que le secret des délibérations entre jurés pouvait être levé en cas de forts soupçons de racisme.

"Tout comme les préjugés racistes, les préjugés homophobes n'ont pas de place dans le système de justice criminelle", a estimé l'avocat de M. Rhines, Shawn Nolan. "Les deux diminuent la confiance du public dans l'équité du système."

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU s'était associée à ce recours.

La Cour suprême n'a pas expliqué pourquoi elle a décidé de ne pas s'en saisir.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10469 Mon, 15 Apr 2019 00:00:00 +0200 Agence mondiale d'information - AFP
La peine de mort en 2018 aux Etats-Unis : 25 exécutions dans 8 Etats https://www.peinedemort.org/document/10309 25 condamnés à mort ont été exécutés en 2018 aux Etats-Unis, dont 2 par électrocution. Par ailleurs une autre exécution, dans l'Alabama, a été suspendue en cours d'exécution en raison de l'impossibilité de trouver des veines pour pratiquer l'injection létale. Ces 25 exécutions capitales ont eu lieu dans 8 Etats : Alabama (2), Dakota du Sud (1), Floride (2), Géorgie (2), Nebraska (1), Ohio (1), Tennessee (3) et Texas (13). Parmi ces exécutions capitales, trois ont eu lieu dans des Etats qui n'avaient pas exécuté depuis de nombreuses années : au Dakota du Sud (près de six ans), dans le Tennessee (plus de 8 ans) et au Nebraska (plus de 20 ans). Au Texas, l'exécution d'un ressortissant mexicain a été réalisée en violation du droit international. Par ailleurs une autre exécution, dans l'Alabama, a été suspendue en cours d'exécution en raison de l'impossibilité de trouver des veines pour pratiquer l'injection létale.

Ces 25 exécutions capitales ont eu lieu dans 8 Etats : Alabama (2), Dakota du Sud (1), Floride (2), Géorgie (2), Nebraska (1), Ohio (1), Tennessee (3) et Texas (13).

Parmi ces exécutions capitales, trois ont eu lieu dans des Etats qui n'avaient pas exécuté depuis de nombreuses années : au Dakota du Sud (près de six ans), dans le Tennessee (plus de 8 ans) et au Nebraska (plus de 20 ans).
Au Texas, l'exécution d'un ressortissant mexicain a été réalisée en violation du droit international.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10309 Mon, 31 Dec 2018 00:00:00 +0100 Sophie Fotiadi
Un Américain doit être exécuté lundi, comme son frère il y a 18 ans https://www.peinedemort.org/document/10192 Un Américain de 56 ans doit être exécuté lundi par injection létale dans le Dakota du Sud, comme le fut son frère il y a 18 ans dans l'Oklahoma. Rodney Berget a été condamné à la peine capitale en 2012 pour avoir tué un gardien de prison lors d'une tentative d'évasion ratée, alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour deux tentatives de meurtres et un viol. Lors de son procès en 2012, il avait estimé "mériter la peine de mort". Son exécution a ensuite été retardée par plusieurs recours. Mais en 2016, il avait retiré un appel, écrivant au juge en charge de son dossier qu'il préférait mourir que "vivre encore 30 ans dans une cage". Son frère aîné, Roger James Berget, a été exécuté en 2000 dans l'Oklahoma, à l'âge de 39 ans, pour avoir tué en 1985 un professeur de mathématiques à qui il voulait voler sa voiture. Aucun membre de sa famille n'avait assisté à l'exécution, avait écrit la presse à l'époque. Selon les médias américains, les deux hommes sont nés dans une famille dysfonctionnelle, marquée par l'alcool et la violence. Le frère aîné avait été mis à la porte par leur père avant ses 10 ans, avait plaidé en vain son avocat. Les autorités du Dakota du Sud, qui n'ont procédé qu'à trois exécutions depuis que la Cour suprême des Etats-Unis a réintroduit la peine de mort en 1976, avaient fixé la semaine dernière l'exécution de Rodney Berget à ce lundi. Deux avocates avaient saisi en urgence la Cour suprême de l'Etat pour obtenir un sursis. L'une a contesté la méthode retenue, l'autre a argué que Rodney Berget souffre d'un retard mental qui le rend inéligible à une exécution. La Cour a rejeté les deux motions. "Le procureur général Marty Jackley a été en contact avec la Cour suprême des Etats-Unis et confirme qu'il n'y a plus d'action en justice susceptible de reporter l'exécution de Berget, prévue à 13H30" (18H30 GMT), selon un communiqué publié lundi matin par ses services. Détenu dans le pénitencier de Sioux Falls, Rodney Berget a commandé des crêpes, des gaufres, des saucisses et des oeufs brouillés pour son dernier repas, selon la presse locale. Son frère avait mangé des cheeseburgers au bacon, avec des oignons frits et de la bière.
Rodney Berget a été condamné à la peine capitale en 2012 pour avoir tué un gardien de prison lors d'une tentative d'évasion ratée, alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour deux tentatives de meurtres et un viol.

Lors de son procès en 2012, il avait estimé "mériter la peine de mort".

Son exécution a ensuite été retardée par plusieurs recours. Mais en 2016, il avait retiré un appel, écrivant au juge en charge de son dossier qu'il préférait mourir que "vivre encore 30 ans dans une cage".

Son frère aîné, Roger James Berget, a été exécuté en 2000 dans l'Oklahoma, à l'âge de 39 ans, pour avoir tué en 1985 un professeur de mathématiques à qui il voulait voler sa voiture. Aucun membre de sa famille n'avait assisté à l'exécution, avait écrit la presse à l'époque.

Selon les médias américains, les deux hommes sont nés dans une famille dysfonctionnelle, marquée par l'alcool et la violence. Le frère aîné avait été mis à la porte par leur père avant ses 10 ans, avait plaidé en vain son avocat.

Les autorités du Dakota du Sud, qui n'ont procédé qu'à trois exécutions depuis que la Cour suprême des Etats-Unis a réintroduit la peine de mort en 1976, avaient fixé la semaine dernière l'exécution de Rodney Berget à ce lundi.

Deux avocates avaient saisi en urgence la Cour suprême de l'Etat pour obtenir un sursis. L'une a contesté la méthode retenue, l'autre a argué que Rodney Berget souffre d'un retard mental qui le rend inéligible à une exécution. La Cour a rejeté les deux motions.

"Le procureur général Marty Jackley a été en contact avec la Cour suprême des Etats-Unis et confirme qu'il n'y a plus d'action en justice susceptible de reporter l'exécution de Berget, prévue à 13H30" (18H30 GMT), selon un communiqué publié lundi matin par ses services.

Détenu dans le pénitencier de Sioux Falls, Rodney Berget a commandé des crêpes, des gaufres, des saucisses et des oeufs brouillés pour son dernier repas, selon la presse locale.
Son frère avait mangé des cheeseburgers au bacon, avec des oignons frits et de la bière.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10192 Mon, 29 Oct 2018 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP
Un Américain exécuté lundi, comme son frère il y a 18 ans https://www.peinedemort.org/document/10193 (Agence France-Presse) Washington - Un Américain de 56 ans a été exécuté lundi par injection létale dans le Dakota du Sud, comme le fut son frère il y a 18 ans dans l'Oklahoma. Rodney Berget avait été condamné à la peine capitale en 2012 pour le meurtre d'un gardien de prison lors d'une tentative d'évasion ratée un an plus tôt. Il avait commis ce meurtre alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour deux tentatives de meurtre et un viol. Lors de son procès en 2012, il avait estimé « mériter la peine de mort ». Il a finalement été exécuté lundi soir après que la Cour suprême des États-Unis a rejeté un dernier recours portant sur ses facultés intellectuelles. Cette procédure de dernière minute ayant retardé de cinq heures l'exécution, Rodney Berget a plaisanté à ce sujet avant de s'éteindre. « Désolé pour le retard, j'étais coincé dans les bouchons », a-t-il dit, selon le témoin Don Jorgensen cité dans les médias locaux. Il a également dit à certains membres de l'assemblée qu'il les aimait, avant d'ajouter : « Je vous retrouverai là-haut », d'après un autre témoin Dani Ferguson. En 2000, lors de son exécution dans l'Oklahoma, son frère aîné, Roger James Berget, avait lui choisi de se taire. Il avait aussi subi une injection létale, à l'âge de 39 ans, pour avoir tué en 1985 un professeur de mathématiques à qui il voulait voler sa voiture. Aucun membre de sa famille n'avait assisté à l'exécution, avait écrit la presse à l'époque. Selon les médias américains, les deux hommes sont nés dans une famille dysfonctionnelle, marquée par l'alcool et la violence. Le frère aîné avait été mis à la porte par leur père avant ses 10 ans, avait plaidé en vain son avocat. Le Dakota du Sud n'avait procédé à aucune exécution depuis 2012. Rodney Berget est le 19e condamné à mort exécuté depuis le début de l'année aux États-Unis.
Rodney Berget avait été condamné à la peine capitale en 2012 pour le meurtre d'un gardien de prison lors d'une tentative d'évasion ratée un an plus tôt.

Il avait commis ce meurtre alors qu'il purgeait une peine de réclusion à perpétuité pour deux tentatives de meurtre et un viol.

Lors de son procès en 2012, il avait estimé « mériter la peine de mort ».

Il a finalement été exécuté lundi soir après que la Cour suprême des États-Unis a rejeté un dernier recours portant sur ses facultés intellectuelles.

Cette procédure de dernière minute ayant retardé de cinq heures l'exécution, Rodney Berget a plaisanté à ce sujet avant de s'éteindre.

« Désolé pour le retard, j'étais coincé dans les bouchons », a-t-il dit, selon le témoin Don Jorgensen cité dans les médias locaux.

Il a également dit à certains membres de l'assemblée qu'il les aimait, avant d'ajouter : « Je vous retrouverai là-haut », d'après un autre témoin Dani Ferguson.

En 2000, lors de son exécution dans l'Oklahoma, son frère aîné, Roger James Berget, avait lui choisi de se taire.

Il avait aussi subi une injection létale, à l'âge de 39 ans, pour avoir tué en 1985 un professeur de mathématiques à qui il voulait voler sa voiture. Aucun membre de sa famille n'avait assisté à l'exécution, avait écrit la presse à l'époque.

Selon les médias américains, les deux hommes sont nés dans une famille dysfonctionnelle, marquée par l'alcool et la violence. Le frère aîné avait été mis à la porte par leur père avant ses 10 ans, avait plaidé en vain son avocat.

Le Dakota du Sud n'avait procédé à aucune exécution depuis 2012.

Rodney Berget est le 19e condamné à mort exécuté depuis le début de l'année aux États-Unis.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10193 Mon, 29 Oct 2018 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP
Reprise des exécutions dans le Dakota du Sud, aux Etats-Unis, près de six ans après la précédente exécution https://www.peinedemort.org/document/10194 Rodney Berget est exécuté dans le Dakota du Sud alors que la précédente exécution dans cet Etat remontait au 31 octobre 2012. En juillet 2007 le Dakota du Sud était devenu le 34ème Etat des Etats-Unis à reprendre les exécutions capitales depuis 1977. Depuis, deux exécutions avaient eu lieu en octobre 2012. Au total quatre condamnés à mort y ont donc été exécutés depuis 1977, tous par injection létale. Il s'agit du deuxième membre de la même famille condamné à mort puis exécuté : le frère de Rodney Berget avait été exécuté le 8 juin 2000 dans l'Oklahoma, dans une toute autre affaire.
En juillet 2007 le Dakota du Sud était devenu le 34ème Etat des Etats-Unis à reprendre les exécutions capitales depuis 1977. Depuis, deux exécutions avaient eu lieu en octobre 2012. Au total quatre condamnés à mort y ont donc été exécutés depuis 1977, tous par injection létale.

Il s'agit du deuxième membre de la même famille condamné à mort puis exécuté : le frère de Rodney Berget avait été exécuté le 8 juin 2000 dans l'Oklahoma, dans une toute autre affaire.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10194 Mon, 29 Oct 2018 00:00:00 +0100 Sophie Fotiadi