La peine de mort dans le monde — Bahreïn https://www.peinedemort.org/rss/pays/BHR Bahreïn : tous les documents concernant la peine de mort. fr Sophie Fotiadi <sophie.fotiadi@peinedemort.org>, 2020 Thu, 03 Dec 2020 01:50:12 +0000 Sun, 19 Jul 2020 17:36:01 +0000 120 Bahreïn: déclaration du porte-parole sur le maintien de condamnations à mort https://www.peinedemort.org/document/10960 Le 13 juillet, la Cour de cassation de Bahreïn a confirmé, dans sa décision finale, la condamnation à mort de Mohammed Ramadan et Husain al Moosa, citoyens bahreïniens, pour des chefs d'accusation liés au terrorisme. Cette décision a été rendue en dépit des préoccupations exprimées quant à l'équité du procès. L'Union européenne réitère son appel du 9 janvier visant à suspendre l'exécution de M. Ramadan et de M. al Moosa. L'Union européenne réaffirme être fermement et catégoriquement opposée au recours à la peine de mort, à tout moment et en toutes circonstances. La peine capitale constitue une violation du droit inaliénable à la vie et est incompatible avec la dignité humaine. Elle n'a pas d'effet dissuasif sur la criminalité et rend toute erreur judiciaire irréversible. Nous demandons à nouveau aux autorités bahreïniennes d'instaurer un moratoire sur les exécutions en guise de première étape vers l'abolition de la peine de mort et de commuer toutes les condamnations à mort non encore exécutées.
L'Union européenne réitère son appel du 9 janvier visant à suspendre l'exécution de M. Ramadan et de M. al Moosa.

L'Union européenne réaffirme être fermement et catégoriquement opposée au recours à la peine de mort, à tout moment et en toutes circonstances. La peine capitale constitue une violation du droit inaliénable à la vie et est incompatible avec la dignité humaine. Elle n'a pas d'effet dissuasif sur la criminalité et rend toute erreur judiciaire irréversible.

Nous demandons à nouveau aux autorités bahreïniennes d'instaurer un moratoire sur les exécutions en guise de première étape vers l'abolition de la peine de mort et de commuer toutes les condamnations à mort non encore exécutées.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10960 Mon, 13 Jul 2020 00:00:00 +0000 Union européenne
Bahreïn: Déclaration du porte-parole sur la confirmation de la condamnation à mort de deux citoyens https://www.peinedemort.org/document/10961 Le mercredi 8 janvier, la Haute cour criminelle d'appel de Bahreïn a confirmé le verdict entérinant la condamnation à mort de Mohammed Ramadan et Hussain Al Moosa. Ce verdict, qui peut encore faire l'objet d'un appel auprès de la Cour de cassation de Bahreïn, a été délivré en dépit des préoccupations exprimées quant à l'équité du procès. L'Union européenne invite les autorités bahreïniennes à suspendre l'exécution de ces deux personnes et à veiller à ce que leur nouveau procès se déroule dans le respect de la législation et des normes internationales. La peine de mort constitue une violation du droit inaliénable à la vie tel qu'il est consacré dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et représente la forme la plus extrême de châtiment cruel, inhumain et dégradant. La peine capitale n'a en outre aucun effet dissuasif sur la criminalité. Toute erreur judiciaire est irréversible. L'Union européenne est catégoriquement opposée au recours à la peine capitale en toutes circonstances et demande au Royaume de Bahreïn d'instaurer un moratoire sur les exécutions en guise de première étape vers son abolition.
L'Union européenne invite les autorités bahreïniennes à suspendre l'exécution de ces deux personnes et à veiller à ce que leur nouveau procès se déroule dans le respect de la législation et des normes internationales.

La peine de mort constitue une violation du droit inaliénable à la vie tel qu'il est consacré dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et représente la forme la plus extrême de châtiment cruel, inhumain et dégradant. La peine capitale n'a en outre aucun effet dissuasif sur la criminalité. Toute erreur judiciaire est irréversible.

L'Union européenne est catégoriquement opposée au recours à la peine capitale en toutes circonstances et demande au Royaume de Bahreïn d'instaurer un moratoire sur les exécutions en guise de première étape vers son abolition.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10961 Thu, 09 Jan 2020 00:00:00 +0000 Union européenne
Bahreïn: Amnesty dénonce deux condamnations à mort https://www.peinedemort.org/document/10792 Amnesty International a dénoncé mercredi la confirmation en appel de la condamnation à mort de deux Bahreïnis pour le meurtre d'un policier en 2014, à la suite d'un procès basé sur des "aveux" obtenus sous la torture, selon l'ONG. "Mohammed Ramadan et Hussein Moussa n'auraient jamais dû être condamnés sur la base d'aveux fabriqués de toute pièce et extorqués sous la torture", a souligné dans un communiqué Lynn Maalouf, directrice du programme Moyen-Orient d'Amnesty International. Elle a appelé les autorités du Bahreïn à annuler le verdict et à "demander des comptes aux responsables des actes de torture". Dans un communiqué, Sayed Alwadaei, directeur de l'ONG Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), a dénoncé cette décision de la Haute cour criminelle et précisé que les deux condamnés risquaient d'être exécutés si leur peine est confirmée en cassation. MM. Ramadan et Moussa, tous deux de confession chiite, ont été condamnés en première instance fin 2014 à la peine de mort pour le meurtre d'un policier lors d'un procès, selon M. Alwadaei, entaché d'irrégularités. Le petit royaume du Bahreïn a été secoué par des troubles à partir de 2011, lorsque les forces de sécurité ont réprimé un grand mouvement de protestation de la majorité chiite qui réclamait des réformes démocratiques dans ce pays gouverné par une monarchie sunnite. Depuis 2011, les procès d'opposants se sont multipliés à Bahreïn. Des centaines de dissidents sont actuellement emprisonnés, jugés ou déchus de leur nationalité. Bahreïn, qui rejette régulièrement les accusations de violation des droits humains, nie aussi toute mesure discriminatoire à l'encontre de ses citoyens et accuse l'Iran de soutenir des dissidents dans le but de renverser le gouvernement de Manama, ce que Téhéran dément.
"Mohammed Ramadan et Hussein Moussa n'auraient jamais dû être condamnés sur la base d'aveux fabriqués de toute pièce et extorqués sous la torture", a souligné dans un communiqué Lynn Maalouf, directrice du programme Moyen-Orient d'Amnesty International. Elle a appelé les autorités du Bahreïn à annuler le verdict et à "demander des comptes aux responsables des actes de torture".

Dans un communiqué, Sayed Alwadaei, directeur de l'ONG Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), a dénoncé cette décision de la Haute cour criminelle et précisé que les deux condamnés risquaient d'être exécutés si leur peine est confirmée en cassation.

MM. Ramadan et Moussa, tous deux de confession chiite, ont été condamnés en première instance fin 2014 à la peine de mort pour le meurtre d'un policier lors d'un procès, selon M. Alwadaei, entaché d'irrégularités.

Le petit royaume du Bahreïn a été secoué par des troubles à partir de 2011, lorsque les forces de sécurité ont réprimé un grand mouvement de protestation de la majorité chiite qui réclamait des réformes démocratiques dans ce pays gouverné par une monarchie sunnite.

Depuis 2011, les procès d'opposants se sont multipliés à Bahreïn. Des centaines de dissidents sont actuellement emprisonnés, jugés ou déchus de leur nationalité.

Bahreïn, qui rejette régulièrement les accusations de violation des droits humains, nie aussi toute mesure discriminatoire à l'encontre de ses citoyens et accuse l'Iran de soutenir des dissidents dans le but de renverser le gouvernement de Manama, ce que Téhéran dément.]]>
https://www.peinedemort.org/document/10792 Wed, 08 Jan 2020 00:00:00 +0000 Agence mondiale d'information - AFP