La peine de mort dans le monde — Bahreïn https://www.peinedemort.org/rss/pays?id=BHR Bahreïn : tous les documents concernant la peine de mort. fr Sophie Fotiadi <sophie.fotiadi@peinedemort.org>, 2018 Fri, 23 Feb 2018 15:27:04 +0100 Wed, 31 Jan 2018 19:30:50 +0100 120 Bahreïn: 2 chiites condamnés à mort, 19 à la prison à vie https://www.peinedemort.org/document/9745 Deux chiites ont été condamnés à mort et 19 autres à la prison à perpétuité à Bahreïn à l'issue du procès de membres d'une cellule accusés d'attaques "terroristes", selon l'agence officielle BNA. Dix-sept autres personnes se sont vu infliger une peine de quinze ans de prison, 9 ont écopé de dix ans et 11 ont été condamnés à cinq ans. Deux accusés ont été acquittés. Les accusés ont été reconnus coupables d'avoir notamment formé une cellule "terroriste" qui a mené des attaques, ayant tué au moins deux policiers, et d'avoir fait entrer des armes en contrebande dans le royaume. Ils ont aussi été condamnés pour avoir contribué à l'évasion de détenus d'une prison et avoir voyagé en Irak et en Iran pour y recevoir un entraînement militaire. De grandes quantités d'armes, dont des grenades, ont été saisies, selon le jugement. Trente-six personnes, dont les deux condamnés à mort, sont déjà en prison alors que les autres ont été condamnées par contumace, a indiqué une source judiciaire. La cour criminelle bahreïnie a déchu de leur nationalité 47 des 58 condamnés. Tous les accusés sont membres de la majorité chiite, qui réclame des réformes dans ce petit pays du Golfe dirigé par une dynastie sunnite. Bahreïn est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 de grandes manifestations chiites. Le royaume nie toute discrimination envers les chiites et accuse régulièrement l'Iran de former des "cellules terroristes" et de "déstabiliser" Bahreïn, ce que Téhéran dément. "Le verdict (de mercredi) est le dernier épisode en date de la parodie de justice qui a cours à Bahreïn, et certainement l'un des plus cruels", a déclaré Sayed Ahmed al-Wadaei, président du Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), basé à Londres. Selon le BIRD, 21 personnes attendent actuellement leur exécution à Bahreïn pour des raisons "politiques", dont 14 condamnées en 2017.
Dix-sept autres personnes se sont vu infliger une peine de quinze ans de prison, 9 ont écopé de dix ans et 11 ont été condamnés à cinq ans. Deux accusés ont été acquittés.
Les accusés ont été reconnus coupables d'avoir notamment formé une cellule "terroriste" qui a mené des attaques, ayant tué au moins deux policiers, et d'avoir fait entrer des armes en contrebande dans le royaume.

Ils ont aussi été condamnés pour avoir contribué à l'évasion de détenus d'une prison et avoir voyagé en Irak et en Iran pour y recevoir un entraînement militaire.
De grandes quantités d'armes, dont des grenades, ont été saisies, selon le jugement.

Trente-six personnes, dont les deux condamnés à mort, sont déjà en prison alors que les autres ont été condamnées par contumace, a indiqué une source judiciaire.
La cour criminelle bahreïnie a déchu de leur nationalité 47 des 58 condamnés.
Tous les accusés sont membres de la majorité chiite, qui réclame des réformes dans ce petit pays du Golfe dirigé par une dynastie sunnite.

Bahreïn est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 de grandes manifestations chiites.
Le royaume nie toute discrimination envers les chiites et accuse régulièrement l'Iran de former des "cellules terroristes" et de "déstabiliser" Bahreïn, ce que Téhéran dément.

"Le verdict (de mercredi) est le dernier épisode en date de la parodie de justice qui a cours à Bahreïn, et certainement l'un des plus cruels", a déclaré Sayed Ahmed al-Wadaei, président du Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), basé à Londres.
Selon le BIRD, 21 personnes attendent actuellement leur exécution à Bahreïn pour des raisons "politiques", dont 14 condamnées en 2017.]]>
https://www.peinedemort.org/document/9745 Wed, 31 Jan 2018 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP
Bahreïn: six condamnations à mort pour tentative d'assassinat du chef de l'armée https://www.peinedemort.org/document/9692 Six Bahreïnis ont été condamnés à mort lundi par la Haute cour militaire de Manama pour tentative d'assassinat du commandant en chef de l'armée et autres "complots terroristes", a rapporté l'agence officielle BNA. Les six personnes ont également écopé de 15 ans de prison chacune et ont été déchues de leur nationalité, selon l'agence. Sept autres Bahreïnis ont été condamnés, dans le cadre de la même affaire, à sept ans de prison chacun et déchus de leurs nationalités, tandis que cinq autres ont été acquittés. L'agence ne donne aucun détail sur cette affaire impliquant le commandant en chef de l'armée, cheikh Khalifa ben Ahmad Al-Khalifa, un membre de la famille royale. Parmi les 18 prévenus, dix ont été présentés au tribunal, et huit sont en état de fuite, soit à Bahreïn, soit en Iran ou en Irak, selon BNA. Toutes ces personnes sont de confession chiite, selon une source judiciaire. Elles ont le droit de faire appel de leur jugement et éventuellement d'aller en cassation, a précisé BNA. Des dizaines d'opposants bahreïnis ont été traduits en justice et condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir appelé à renverser le gouvernement. Ces condamnations ont été généralement accompagnées de déchéance de la nationalité. Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, mène depuis 2011 une sévère répression contre les représentants de la majorité chiite qui demandent des réformes et le respect des droits de l'Homme. La dynastie sunnite au pouvoir à Bahreïn nie toute discrimination envers les chiites et accuse l'Iran voisin d'attiser les tensions, ce que dément Téhéran. Les six personnes ont également écopé de 15 ans de prison chacune et ont été déchues de leur nationalité, selon l'agence.

Sept autres Bahreïnis ont été condamnés, dans le cadre de la même affaire, à sept ans de prison chacun et déchus de leurs nationalités, tandis que cinq autres ont été acquittés.

L'agence ne donne aucun détail sur cette affaire impliquant le commandant en chef de l'armée, cheikh Khalifa ben Ahmad Al-Khalifa, un membre de la famille royale.

Parmi les 18 prévenus, dix ont été présentés au tribunal, et huit sont en état de fuite, soit à Bahreïn, soit en Iran ou en Irak, selon BNA.
Toutes ces personnes sont de confession chiite, selon une source judiciaire.
Elles ont le droit de faire appel de leur jugement et éventuellement d'aller en cassation, a précisé BNA.

Des dizaines d'opposants bahreïnis ont été traduits en justice et condamnés à de lourdes peines de prison pour avoir appelé à renverser le gouvernement.
Ces condamnations ont été généralement accompagnées de déchéance de la nationalité.

Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, mène depuis 2011 une sévère répression contre les représentants de la majorité chiite qui demandent des réformes et le respect des droits de l'Homme.
La dynastie sunnite au pouvoir à Bahreïn nie toute discrimination envers les chiites et accuse l'Iran voisin d'attiser les tensions, ce que dément Téhéran.]]>
https://www.peinedemort.org/document/9692 Mon, 25 Dec 2017 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP
Bahreïn: une condamnation à mort pour un attentat meurtrier en 2016 https://www.peinedemort.org/document/9480 Une personne a été condamnée à mort lundi et une autre à la prison à vie par un tribunal de Bahreïn pour un attentat en 2016 qui a coûté la vie à une femme dans une ville à majorité chiite. Les deux condamnés, qui ont également été déchus de leur nationalité, font partie d'un groupe de dix personnes inculpées notamment pour "meurtre", a indiqué l'agence officielle BNA. Ils ont tous les dix été reconnus coupables de "possession d'armes et d'explosifs" et entraînement à leur utilisation "avec l'intention de commettre des crimes terroristes", a précisé l'agence. Sept d'entre eux ont été condamnés à trois ans de prison, a ajouté la BNA, sans donner davantage de précisions sur les inculpés. Le 30 juin 2016, une femme a perdu la vie et trois enfants ont été blessés quand leur voiture a été touchée par des éclats d'une explosion à Ekar-Est, un village chiite situé près de la capitale Manama Siège de la Ve flotte américaine, le petit royaume de Bahreïn est secoué par des manifestations ou accrochages sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et estime être discriminée. Des dizaines de chiites, dont de nombreux opposants, ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour des violences ayant accompagné le mouvement de contestation. Les autorités de Bahreïn, pays dirigé par une dynastie sunnite, nient toute discrimination envers les chiites et dénoncent régulièrement des "ingérences" de l'Iran dans leurs "affaires intérieures".
Les deux condamnés, qui ont également été déchus de leur nationalité, font partie d'un groupe de dix personnes inculpées notamment pour "meurtre", a indiqué l'agence officielle BNA.
Ils ont tous les dix été reconnus coupables de "possession d'armes et d'explosifs" et entraînement à leur utilisation "avec l'intention de commettre des crimes terroristes", a précisé l'agence.
Sept d'entre eux ont été condamnés à trois ans de prison, a ajouté la BNA, sans donner davantage de précisions sur les inculpés.

Le 30 juin 2016, une femme a perdu la vie et trois enfants ont été blessés quand leur voiture a été touchée par des éclats d'une explosion à Ekar-Est, un village chiite situé près de la capitale Manama

Siège de la Ve flotte américaine, le petit royaume de Bahreïn est secoué par des manifestations ou accrochages sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle et estime être discriminée.

Des dizaines de chiites, dont de nombreux opposants, ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour des violences ayant accompagné le mouvement de contestation.
Les autorités de Bahreïn, pays dirigé par une dynastie sunnite, nient toute discrimination envers les chiites et dénoncent régulièrement des "ingérences" de l'Iran dans leurs "affaires intérieures".]]>
https://www.peinedemort.org/document/9480 Mon, 19 Jun 2017 00:00:00 +0200 Agence mondiale d'information - AFP
Bahreïn: deux personnes condamnées à mort pour une attaque contre la police https://www.peinedemort.org/document/9472 Deux personnes ont été condamnées à mort mardi à Bahreïn pour avoir mené une attaque meurtrière contre des policiers dans une ville chiite, a indiqué une source judiciaire. Outre les deux condamnations à la peine capitale, la cour a prononcé des peines de prison à vie contre trois accusés, et neuf personnes ont été déchues de leur nationalité, a indiqué à l'AFP la source sous le couvert de l'anonymat. Ces personnes ont été jugées pour une attaque conduite en avril 2016 contre une patrouille de police dans le village de Karbabad près de la capitale, provoquant la mort du chauffeur et blessant deux officiers, selon la même source. Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, est secoué par des manifestations sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame depuis plusieurs années une véritable monarchie constitutionnelle à la dynastie sunnite. Les autorités de Bahreïn nient toute discrimination envers les chiites et dénoncent régulièrement des "ingérences" de l'Iran dans leurs "affaires intérieures".
Outre les deux condamnations à la peine capitale, la cour a prononcé des peines de prison à vie contre trois accusés, et neuf personnes ont été déchues de leur nationalité, a indiqué à l'AFP la source sous le couvert de l'anonymat.

Ces personnes ont été jugées pour une attaque conduite en avril 2016 contre une patrouille de police dans le village de Karbabad près de la capitale, provoquant la mort du chauffeur et blessant deux officiers, selon la même source.

Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, est secoué par des manifestations sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame depuis plusieurs années une véritable monarchie constitutionnelle à la dynastie sunnite.

Les autorités de Bahreïn nient toute discrimination envers les chiites et dénoncent régulièrement des "ingérences" de l'Iran dans leurs "affaires intérieures".]]>
https://www.peinedemort.org/document/9472 Tue, 06 Jun 2017 00:00:00 +0200 Agence mondiale d'information - AFP
Bahreïn: deux peines de mort pour une attaque contre la police https://www.peinedemort.org/document/9379 Un tribunal de Bahreïn a condamné à mort mercredi deux chiites, dont l'un est en fuite, pour leur implication dans une attaque qualifiée de "terroriste" au cours de laquelle deux policiers avaient été tués en 2015, a indiqué une source judiciaire. Le même tribunal a prononcé cinq condamnations à la perpétuité et six peines de 10 ans de prison, dont une contre un religieux chiite, cheikh Hassan Issa, ancien élu et membre du mouvement d'opposition dissous Al-Wefaq, selon la même source. Ce religieux a été reconnu coupable d'avoir financé "le groupe terroriste" pour commettre son attentat contre la police. D'autres personnes ont été condamnées à des peines allant de six mois à cinq ans de prison. Deux ont été acquittées. Neuf des personnes jugées ont été déchues de leur nationalité bahreïnie, mais leur identité n'a pas été précisée. Au total, 24 personnes étaient jugées dans cette affaire, dont 12 en état d'arrestation. L'attaque à l'explosif contre un fourgon de la police dans le quartier chiite de Sitra, au sud de Manama, avait fait deux morts et six blessés parmi les forces de sécurité en juillet 2015. Des dizaines de chiites ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour participation aux violences ayant accompagné et suivi les manifestations de 2011 dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite gouverné par une dynastie sunnite. L'opposition chiite réclame des réformes et une véritable monarchie constitutionnelle dans ce pays du Golfe qui est le siège de la Ve Flotte des Etats-Unis. Les autorités bahreïnies nient toute discrimination envers les chiites et accusent régulièrement l'Iran de s'ingérer dans les affaires de Bahreïn, ce que Téhéran dément.
Le même tribunal a prononcé cinq condamnations à la perpétuité et six peines de 10 ans de prison, dont une contre un religieux chiite, cheikh Hassan Issa, ancien élu et membre du mouvement d'opposition dissous Al-Wefaq, selon la même source.

Ce religieux a été reconnu coupable d'avoir financé "le groupe terroriste" pour commettre son attentat contre la police.
D'autres personnes ont été condamnées à des peines allant de six mois à cinq ans de prison. Deux ont été acquittées.

Neuf des personnes jugées ont été déchues de leur nationalité bahreïnie, mais leur identité n'a pas été précisée.
Au total, 24 personnes étaient jugées dans cette affaire, dont 12 en état d'arrestation.
L'attaque à l'explosif contre un fourgon de la police dans le quartier chiite de Sitra, au sud de Manama, avait fait deux morts et six blessés parmi les forces de sécurité en juillet 2015.

Des dizaines de chiites ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour participation aux violences ayant accompagné et suivi les manifestations de 2011 dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite gouverné par une dynastie sunnite.

L'opposition chiite réclame des réformes et une véritable monarchie constitutionnelle dans ce pays du Golfe qui est le siège de la Ve Flotte des Etats-Unis.
Les autorités bahreïnies nient toute discrimination envers les chiites et accusent régulièrement l'Iran de s'ingérer dans les affaires de Bahreïn, ce que Téhéran dément.]]>
https://www.peinedemort.org/document/9379 Wed, 29 Mar 2017 00:00:00 +0200 Agence mondiale d'information - AFP
Trois suspects bahreïnis condamnés à mort pour avoir créé un groupe terroriste https://www.peinedemort.org/document/9372 MANAMA, 23 mars (Xinhua) -- Jeudi, un tribunal bahreïni a condamné trois personnes sur dix-sept à la peine capitale pour avoir créé un groupe terroriste, a rapporté l'agence de presse bahreïnie. Parmi les quatorze autres personnes, quatre ont été condamnées à une peine d'emprisonnement à perpétuité, huit à quinze années d'emprisonnement et deux à dix années d'emprisonnement. Selon les documents du tribunal, les accusés avaient créé et rejoint une cellule terroriste dangereuse qui fabriquait des engins explosifs et des armes à feu et les utilisait à l'encontre de policiers, dans le cadre d'actes terroristes, dans le Gouvernorat du Nord. Les coupables utilisaient les armes pour infliger de lourdes pertes aux forces de sécurité et provoquer d'importants dégâts matériels dans le but de provoquer la panique et le chaos parmi les citoyens et les résidents. Les accusés sont également les auteurs des attentats à la bombe perpétrés dans la zone d'Al-Qurrayah qui ont fait des blessés parmi les forces de sécurité.
Parmi les quatorze autres personnes, quatre ont été condamnées à une peine d'emprisonnement à perpétuité, huit à quinze années d'emprisonnement et deux à dix années d'emprisonnement.

Selon les documents du tribunal, les accusés avaient créé et rejoint une cellule terroriste dangereuse qui fabriquait des engins explosifs et des armes à feu et les utilisait à l'encontre de policiers, dans le cadre d'actes terroristes, dans le Gouvernorat du Nord.

Les coupables utilisaient les armes pour infliger de lourdes pertes aux forces de sécurité et provoquer d'importants dégâts matériels dans le but de provoquer la panique et le chaos parmi les citoyens et les résidents. Les accusés sont également les auteurs des attentats à la bombe perpétrés dans la zone d'Al-Qurrayah qui ont fait des blessés parmi les forces de sécurité.]]>
https://www.peinedemort.org/document/9372 Fri, 24 Mar 2017 00:00:00 +0100 Xinhua
Bahreïn: 3 condamnations à mort pour attaque contre la police https://www.peinedemort.org/document/9373 Trois Bahreïnis ont été condamnés à mort jeudi pour avoir planifié et exécuté des attentats à l'explosif contre des patrouilles de la police dans un village chiite, a annoncé un magistrat de la cour d'appel de Manama. Outre les trois condamnations à mort, ce tribunal a prononcé des peines de prison à vie contre quatre autres accusés, de 15 ans de prison pour huit accusés et de 10 ans pour deux autres, a précisé le procureur général auprès de ce tribunal, Ahmed al-Hammadi. Ces personnes ont été jugées pour constitution d'un "groupe terroriste" et pour des attentats à l'explosif qui ont fait des blessés parmi des policiers dans le village de Kurayat, à l'ouest de Manama. Le procureur n'a pas précisé la date de ces attaques mais a indiqué que des armes et des explosifs avaient été saisis lors de l'arrestation des suspects. Des dizaines de chiites ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour participation aux violences qui ont accompagné et suivi les protestations de 2011 dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite et gouverné par une dynastie sunnite. Le pays est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 du mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle.
Outre les trois condamnations à mort, ce tribunal a prononcé des peines de prison à vie contre quatre autres accusés, de 15 ans de prison pour huit accusés et de 10 ans pour deux autres, a précisé le procureur général auprès de ce tribunal, Ahmed al-Hammadi.

Ces personnes ont été jugées pour constitution d'un "groupe terroriste" et pour des attentats à l'explosif qui ont fait des blessés parmi des policiers dans le village de Kurayat, à l'ouest de Manama.
Le procureur n'a pas précisé la date de ces attaques mais a indiqué que des armes et des explosifs avaient été saisis lors de l'arrestation des suspects.

Des dizaines de chiites ont été condamnés ces dernières années à de lourdes peines de prison pour participation aux violences qui ont accompagné et suivi les protestations de 2011 dans ce petit royaume du Golfe à majorité chiite et gouverné par une dynastie sunnite.

Le pays est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 du mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame une véritable monarchie constitutionnelle.]]>
https://www.peinedemort.org/document/9373 Thu, 23 Mar 2017 00:00:00 +0100 Agence mondiale d'information - AFP