Plan du site

Irak: la justice condamne le vice-président Tarek al-Hachémi à mort

dépêche de presse du 9 septembre 2012 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
BAGDAD — La justice irakienne a condamné à mort dimanche par contumace le vice-président Tarek al-Hachémi, l'un des principaux dirigeants sunnites du pays, pour le meurtre d'une avocate et d'un général, a constaté un journaliste de l'AFP lors de la lecture de la sentence par le juge.

Le secrétaire particulier de Tarek al-Hachémi, qui est aussi son gendre, a également été condamné à mort.

La justice poursuivait M. Hachémi et certains membres de sa garde rapprochée pour 150 chefs d'inculpation, notamment le meurtre de six juges et de plusieurs hauts responsables, dont le directeur général du ministère de la sécurité nationale.

Mais c'est pour l'assassinat d'une avocate et du général Talib Belassim que lui et son secrétaire ont été condamnés à mort.

"Les preuves soumises à la cour contre Tarek al-Hachémi et (son secrétaire) Ahmed Qahtan suffisent à les condamner pour deux meurtres", a indiqué le président du tribunal à la lecture de la sentence.

"La cour les condamne à la mort par pendaison", a ajouté le magistrat.

Tarek al-Hachémi est réfugié depuis avril en Turquie, qui refuse de l'extrader.

Il dénonce depuis des mois une procédure à des fins purement politiques, s'inscrivant dans le conflit qui oppose sa famille politique, le bloc Iraqiya dominé par les sunnites, au Premier ministre, le chiite Nouri al-Maliki, qu'il accuse d'autoritarisme.
Partager…

Données techniques

ID6600
Type de document (code)depeche
TitreIrak: la justice condamne le vice-président Tarek al-Hachémi à mort
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication9 septembre 2012
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsCondamnation à mort par contumace du vice-président irakien Tarek al-Hachémi
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefscondamnation à mort + contumace
ZonegéosIrak