Plan du site

L'Égypte exécute 7 personnes reconnues coupables du meurtre d'un policier

dépêche de presse du 29 juillet 2020 - Associated Press - AP
Pays :
peine de mort / Egypte
LE CAIRE (AP) – L'Egypte a exécuté sept personnes reconnues coupables du meurtre d'un policier dans la ville d'Ismaïlia sur le canal de Suez, après un procès «entaché de graves allégations de torture», a déclaré mercredi un groupe international de défense des droits.

Les accusés ont été accusés d'avoir tué l'officier et d'avoir tenté de tuer une autre personne lors d'une bagarre en novembre 2013. Un tribunal pénal les a condamnés à mort et la plus haute cour d'appel pénale du pays a confirmé le verdict en 2018, a déclaré Amnesty International.

L'officier de police a été abattu alors qu'il tentait de rompre une bagarre à Ismailia, selon des documents judiciaires. L'accusé aurait également tenté de tuer un civil et saisi l'arme de l'agent avant de s'enfuir.

Amnesty International, basée à Londres, a condamné les exécutions comme étant «choquantes et cruelles». Il a déclaré dans une série de tweets que le procès avait été «entaché de graves allégations de torture et d'autres graves violations de la procédure régulière».

Trois des condamnés sont apparus avec des ecchymoses visibles sur le visage dans une confession télévisée le 26 novembre 2013, cinq jours après le meurtre du policier et avant même que leur procès ne commence «au mépris flagrant de leur droit de ne pas s'incriminer», le groupe m'a dit.

Amnesty International a déclaré s'opposer à la peine de mort dans tous les cas sans exception, la qualifiant de «châtiment cruel et inhumain».

Le journal d'État al-Ahram a rapporté que les sept hommes avaient été exécutés lundi dans une prison du Caire.

Le Front égyptien pour les droits de l'homme, un groupe local, a déclaré que son décompte montre que l'Égypte a exécuté 34 personnes au cours des six premiers mois de cette année.

Parmi eux se trouvait l'un des leaders militants les plus en vue d'Egypte. Hisham el-Ashmawi, ancien officier des forces spéciales égyptiennes, a été pendu en mars, selon l'armée, après sa condamnation pour son rôle dans la planification de dizaines d'attaques meurtrières contre les forces de sécurité.

En juin, les autorités ont pendu un militant libyen reconnu coupable d'avoir planifié une attaque qui a tué au moins 16 policiers en 2017.

Huit militants présumés ont été exécutés en février après avoir été condamnés pour avoir participé à des attaques contre deux églises de la ville méditerranéenne d'Alexandrie et de la ville de Tanta dans le delta du Nil. Au moins 44 personnes ont été tuées lors des attentats d'avril 2017.

Les militants islamiques ont intensifié leurs attaques depuis que l'armée a évincé un président islamiste élu après de grandes manifestations contre son régime de division en 2013. Un affilié de l'État islamique basé dans le nord de la péninsule du Sinaï a ciblé à plusieurs reprises les forces de sécurité et la minorité chrétienne.

Documents liés

Partager…

Données techniques

ID10973
Type de document (code)depeche
TitreL'Égypte exécute 7 personnes reconnues coupables du meurtre d'un policier
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication29 juillet 2020
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsSept exécutions capitales en Egypte
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur), Amnesty International
Condamnés
Mots-clefsexécution + exécutions en masse + ONG
ZonegéosEgypte