Plan du site

Tunisie: des ONG exhortent à l'adoption d'importantes réformes sociétales

dépêche de presse du 16 juin 2018 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
peine de mort / Tunisie
Un collectif d'associations tunisiennes a appelé samedi les autorités à "tout mettre en oeuvre" pour adopter des réformes majeures en matière d'égalité hommes-femmes et de liberté individuelles récemment proposées par une commission présidentielle.

Dépénalisation de l'homosexualité, égalité entre hommes et femmes dans l'héritage, abolition de la peine de mort et nombre d'autres mesures ont été proposées le 8 juin par la Commission des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe).

Instituée l'été dernier par le président tunisien Béji Caïd Essebsi, la Colibe a pour mandat de mettre les lois tunisiennes en phase avec les valeurs inscrites dans la Constitution de 2014, adoptée après la révolution populaire qui avait mis fin en 2011 à des décennies de dictature dans ce pays du Maghreb.

Une trentaine d'ONG, dont la Ligue tunisienne des droits de l'Homme, l'Association tunisienne des femmes démocrates ou encore Avocats sans frontières, ont appelé le président à "faire droit aux espérances suscitées" par la Commission en "donnant suite à ses recommandations".

Ils ont également appelé les élus, la justice et les fonctionnaires à "tout mettre en oeuvre pour réaliser ces orientations," dans un communiqué de presse commun.

La Colibe a remis la semaine passé au président 200 pages de propositions, dont des projets de loi prêts à être soumis à l'Assemblée.

Le collectif apporte son soutien aux mesures prônant "l'égalité parfaite et effective entre les femmes et les hommes", comme l'octroi de la nationalité aux époux des tunisiennes, "l'égalité parfaite et effective entre tous les enfants y compris ceux nés hors mariage", ou encore l'abrogation des délits "d'atteintes aux bonnes moeurs".

Les associations regrettent néanmoins que pour certaines réformes, la Colibe ait proposé des alternatives, au cas où l'abrogation recommandée de mesures liberticides ou discriminatoire s'avère trop épineuse.

Elles réclament ainsi "une abrogation pure et simple de la peine de mort, de l'article 230 du Code pénal incriminant l'acte homosexuel", et "des dispositions contraires à l'égalité stricte entre hommes et femmes en matière successorale".

La législation tunisienne actuelle, qui s'appuie sur le Coran, stipule qu'une femme n'hérite que de la moitié de la part d'un homme du même degré de parentèle.

La Colibe a proposé une égalité de principe entre frères et soeurs, fils et fille, père et mère, ainsi qu'entre époux, avec la possibilité d'y déroger. Elle a également prévu des alternatives s'il était impossible de voter une telle loi.

Ces sujets sont sensibles en Tunisie, où l'homosexualité reste réprouvée. L'égalité successorale, présentée par certains comme contraire au Coran, créerait si elle adoptée un précédent dans le monde musulman, même si le sujet est en débat dans d'autres pays comme au Maroc.
Partager…

Données techniques

ID9967
Type de document (code)depeche
TitreTunisie: des ONG exhortent à l'adoption d'importantes réformes sociétales
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication16 juin 2018
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefslégislation + ONG + président + rapport + volonté d'abolition
ZonegéosTunisie