Plan du site

Le Secrétaire Général du Conseil de l'Europe dénonce le refus du Texas de mettre fin aux injections létales

638(2007)
communiqué de presse du 1 octobre 2007 - Conseil de l'Europe
Pays :
Strasbourg, 01.10.2007 – Les autorités du Texas font preuve d'un mépris incroyable à l'égard de la vie humaine et de la Cour suprême des Etats-Unis. La semaine dernière, plusieurs Etats américains ont suspendu les exécutions en attendant la décision de la Cour suprême sur le recours constitutionnel concernant les injections létales, mais le procureur général du Texas ne semble pas s'en émouvoir, si bien que plusieurs exécutions prévues, dont une cette semaine, pourraient avoir lieu. La tendance du Texas à recourir à la peine capitale est tristement célèbre, mais ce dernier fait nouveau viole une limite juridique et morale de plus.

Dans l'intervalle, nous devrions tous nous sentir encouragés par le fait que la Cour suprême des Etats-Unis se demande s'il est cruel d'empoisonner un être humain pour le mettre à mort. Personnellement, j'espère que les juges concluront que l'injection létale viole l'interdiction des peines cruelles et extraordinaires, consacrée par le Huitième amendement. Cela aiderait les Etats-Unis à rejoindre le groupe important de pays civilisés et démocratiques du monde qui ont aboli la peine de mort.
Partager…

Données techniques

ID2550
Type de document (code)communique
TitreLe Secrétaire Général du Conseil de l'Europe dénonce le refus du Texas de mettre fin aux injections létales
Description(non défini)
Référence638(2007)
Date de publication1 octobre 2007
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsConseil de l'Europe (auteur)
Condamnés
Mots-clefsconstitution + jurisprudence + méthode d'exécution
ZonegéosEtats-Unis + Texas