Plan du site

Un Américain qui réclamait son exécution a été mis à mort

dépêche de presse du 16 octobre 2012 - Agence mondiale d'information - AFP
Thème :
Eric Robert
Un Américain de 50 ans, qui réclamait d'être exécuté pour le meurtre d'un gardien de prison, a été mis à mort lundi soir au Dakota du Sud (nord), une année à peine après sa condamnation.

De nombreuses voix, y compris l'Union européenne, s'étaient élevées contre cette exécution, et celle prévue dans le même Etat américain la semaine du 28 octobre, mais le gouverneur Dennis Daugaard avait annoncé qu'il «n'interviendrait pas pour les empêcher ou les retarder».

Eric Robert a été exécuté peu après 22H00 par injection létale. «C'est un triste jour», a déclaré le gouverneur dans un communiqué publié lundi soir. «Les exécutions sont rares dans notre Etat et sont réservées pour les cas d'extrême préméditation et de conviction».

Eric Robert, qui avait jeûné depuis samedi pour des raisons religieuses, demandait à être exécuté, annonçant qu'il tuerait à nouveau dans le cas contraire, selon des documents de justice. Il avait renoncé à tous ses appels, accélérant son exécution.

Le 16 septembre 2011, il avait plaidé coupable du meurtre de Ronald Johnson, un gardien de prison sexagénaire, lors d'une tentative d'évasion commise quatre mois plus tôt, alors qu'il purgeait une longue peine pour enlèvement. Il avait été condamné à la peine capitale le 27 octobre 2011.

«La peine de mort est réservée pour les crimes les plus odieux, comme l'acte destructeur et vil perpétré par Eric Robert», avait justifié le ministre de la Justice du Dakota du Sud, Marty Jackley, au moment de la sentence. «Justice a été rendue pour protéger le public et le personnel pénitentiaire de futures tentatives d'évasion d'Eric Robert».

La semaine dernière, la représentante de l'UE pour les Affaires étrangères, Catherine Ashton, avait demandé sa grâce, ainsi que celle de Donald Moeller, qui doit être exécuté la semaine du 29 octobre.

«Je constate qu'il n'y a eu aucune exécution dans cet Etat depuis 2007. Je demande donc aux autorités compétentes et au gouverneur du Dakota du Sud de maintenir le moratoire qui était en place de facto et de gracier les deux détenus», a-t-elle déclaré.

Selon la loi du Dakota du Sud, seul le gouverneur a le pouvoir de gracier un condamné à mort. «La peine de mort est légale au Dakota du Sud et j'y suis favorable», avait rétorqué le gouverneur, en réponse aux protestations.

Eric Robert est le 32e condamné à mort exécuté aux Etats-Unis cette année.

C'est la première exécution en cinq ans, la deuxième en 65 ans, dans cet Etat qui ne compte plus que quatre détenus dans le couloir de la mort. Donald Moeller a pour sa part été condamné à mort pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une fillette de 9 ans. Il demande également à être exécuté et a retiré tous ses appels.
Partager…

Données techniques

ID6500
Type de document (code)depeche
TitreUn Américain qui réclamait son exécution a été mis à mort
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication16 octobre 2012
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsReprise des exécutions dans le Dakota du Sud, aux Etats-Unis, plus de cinq ans après la précédente exécution
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
CondamnésEric Robert
Mots-clefsexécution + reprise d'exécution
ZonegéosDakota du sud + Etats-Unis