Plan du site

"Un combattant belge de l'EI reconnaît l'usage d'armes chimiques", selon un site d'infos kurde

dépêche de presse du 9 avril 2019 - Belga - Agence Télégraphique Belge de Presse
Pays :
Thèmes :
Bilal Al Marchohi
La justice irakienne publie mardi les aveux d'un combattant belge de l'EI condamné à mort, lequel reconnaît l'usage d'armes chimiques et de projectiles au chlore par le groupe djihadiste auquel il appartient, indique le site d'informations kurde Kurdistan 24.

Un tribunal irakien a condamné à la pendaison Bilal Abdoul-Aziz al-Marshouhi, 25 ans, connu sous le nom d'Abou Fadhil al-Belgiki (le Belge), pour avoir été membre de l'EI (Etat islamique) et pour avoir pris part aux combats contre l'armée irakienne à Mossoul.

"Je suis né en Belgique et possède la nationalité belge, malgré mes origines marocaines", a expliqué Marshouhi. "J'ai fait des études d'ingénieur à l'université d'Anvers. Je suis devenu djihadiste après être devenu ami avec quelqu'un qui lisait des livres qui appelait à l'islam radical", a-t-il raconté au tribunal à Bagdad.

Le combattant belge a rejoint le Front al-Nosra, en compagnie de son épouse néerlandaise. Ils ont quitté la Belgique pour l'Allemagne, puis la Turquie où ils ont franchi la frontière syrienne illégalement et se sont établis chez des connaissances à Alep. Al-Nosra a envoyé al-Marshouhi dans un camp d'entraînement où il a appris à manier des armes et a rencontré d'autres combattants étrangers.

Marshouhi a ensuite quitté le Front pour rejoindre l'EI, en raison de dissension avec le chef de la milice, Abou Barra al-Belgiki, "qui m'a, entre autres, accusé d'avoir créé des sites pornos".

Selon le combattant belge, nommé "policier" de l'EI à Alep, la police de l'EI est composée de trois unités: la police militaire qui dépend de l'armée et est dirigée par un juge militaire; une police judiciaire dépendant d'un juge civil et enfin la police de l'islam composée de différentes patrouilles.

"J'ai été sérieusement blessé à la tête, au dos et à la main droite par des tirs de mortier. Après mon rétablissement, j'ai travaillé dans l'administration à Raqqa".

Au cours de l'interrogatoire, Marshouhi a affirmé que son groupe faisait usage d'armes chimiques, notamment de mortiers au chlore, dans la zone de Raqqa et dans un camp.

Documents liés

Partager…

Données techniques

ID10462
Type de document (code)depeche
Titre"Un combattant belge de l'EI reconnaît l'usage d'armes chimiques", selon un site d'infos kurde
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication9 avril 2019
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsBelga - Agence Télégraphique Belge de Presse (auteur)
CondamnésBilal Al Marchohi
Mots-clefscondamnation à mort + ressortissant étranger + terrorisme
ZonegéosBelgique + Irak