Plan du site

L'ONUSIDA appelle les pays à abroger les lois discriminatoires contre les personnes LGBTI

communiqué de presse du 16 mai 2019 - Organisation des Nations Unies
À l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie (IDAHOT) qui a lieu le 17 mai, l'ONUSIDA lance un appel à tous les pays pour qu'ils abrogent les lois discriminatoires à l'encontre des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI).
La stigmatisation envers les populations clés (hommes gays et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, professionnel(le)s du sexe, personnes transgenres, consommateurs de drogues injectables, détenus et autres personnes incarcérées) est renforcée par la législation pénale, qui alimente à son tour la violence, l'exploitation et le climat de peur, compromettant ainsi les efforts pour rendre les services anti-VIH accessibles à ceux qui en ont besoin, rappelle l'ONUSIDA.

« Nous avons tous l'obligation morale et légale d'abroger les lois discriminatoires et d'adopter des lois qui protègent les individus contre la discrimination », a déclaré Gunilla Carlsson, Directrice exécutive de l'ONUSIDA par intérim. « Pour pouvoir en finir avec l'épidémie de sida, nous allons avoir besoin de protection contre la violence, de justice et d'égalité pour tous ».

Plus de 65 pays pénalisent les relations entre personnes du même sexe

Plus de 65 pays pénalisent les relations entre personnes de même sexe, dont huit qui imposent la peine de mort. À l'échelle mondiale, les hommes gays et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont environ 28 fois plus susceptibles de contracter le VIH que la population générale, et beaucoup moins enclins à recourir aux services anti-VIH. En 2017, les hommes gays et les autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes ont représenté 18% des nouvelles infections à VIH dans le monde.

« Il est absolument capital de créer un monde dans lequel toutes les personnes pourront accéder aux services sociaux et de santé dont elles ont besoin, à l'abri de toute menace de violence et de discrimination. La couverture santé universelle doit atteindre tout le monde : les minorités sexuelles et de genre ont le même droit à la santé que n'importe qui d'autre », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les personnes transgenres, dont on estime qu'elles représentent 0,1 à 1,1% de la population mondiale, sont souvent confrontées à la stigmatisation, à la discrimination et au rejet social dans leurs foyers et leurs communautés.

Discrimination, violence et criminalisation sont autant de raisons qui empêchent les personnes transgenres d'accéder aux services anti-VIH dont elles ont besoin pour rester en bonne santé. On estime que les femmes transgenres sont 13 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les autres adultes en âge de procréer et que 16,5% des femmes transgenres vivent avec le VIH.

« La justice et la protection pour tous sont des éléments fondamentaux pour avancer sur l'Agenda 2030 pour le développement durable et les Objectifs de développement durable. Adopter et faire appliquer des lois et des politiques non discriminatoires, abroger les lois répressives et assurer l'accès à la justice pour tous sont autant de mesures essentielles à prendre pour respecter l'engagement de ne laisser personne pour compte », a déclaré Achim Steiner, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).
Partager…

Données techniques

ID10550
Type de document (code)communique
TitreL'ONUSIDA appelle les pays à abroger les lois discriminatoires contre les personnes LGBTI
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication16 mai 2019
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsOrganisation des Nations Unies (auteur)
Condamnés
Mots-clefshomosexualité + réactions internationales
ZonegéosMonde