Plan du site

Bahreïn: déclaration du porte-parole sur le maintien de condamnations à mort

200713_17
déclaration du 13 juillet 2020 - Union européenne
Pays :
peine de mort / Bahreïn
Le 13 juillet, la Cour de cassation de Bahreïn a confirmé, dans sa décision finale, la condamnation à mort de Mohammed Ramadan et Husain al Moosa, citoyens bahreïniens, pour des chefs d'accusation liés au terrorisme. Cette décision a été rendue en dépit des préoccupations exprimées quant à l'équité du procès.

L'Union européenne réitère son appel du 9 janvier visant à suspendre l'exécution de M. Ramadan et de M. al Moosa.

L'Union européenne réaffirme être fermement et catégoriquement opposée au recours à la peine de mort, à tout moment et en toutes circonstances. La peine capitale constitue une violation du droit inaliénable à la vie et est incompatible avec la dignité humaine. Elle n'a pas d'effet dissuasif sur la criminalité et rend toute erreur judiciaire irréversible.

Nous demandons à nouveau aux autorités bahreïniennes d'instaurer un moratoire sur les exécutions en guise de première étape vers l'abolition de la peine de mort et de commuer toutes les condamnations à mort non encore exécutées.
Partager…

Données techniques

ID10960
Type de document (code)declaration
TitreBahreïn: déclaration du porte-parole sur le maintien de condamnations à mort
Description(non défini)
Référence200713_17
Date de publication13 juillet 2020
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLa situation des droits de l'homme au Royaume de Bahreïn, en particulier le cas des détenus condamnés à mort et des défenseurs des droits de l'homme
OrganisationsUnion européenne (auteur)
Condamnés
Mots-clefscondamnation à mort + réactions internationales
ZonegéosBahreïn