Plan du site

Irak. Peine de mort pour le meurtrier d'un responsable local assassiné en pleine rue

dépêche de presse du 22 août 2021 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
peine de mort / Irak
Le meurtrier d'un responsable local abattu en pleine rue dans la ville irakienne de Kerbala a été condamné à mort dimanche, une dizaine de jours après ce crime qui avait suscité l'indignation au sein d'une population ulcérée par l'"impunité" dont bénéficient les assassins. "Après conclusion de la procédure et l'aveu du condamné, ce dernier a été déféré devant la cour pénal de Kerbala qui a examiné le crime et prononcé la condamnation à mort par pendaison", a indiqué la Cour suprême d'Irak dans un communiqué. Selon la procédure pénale irakienne, l'avocat du condamné a trente jours pour faire appel.

Le 10 août, le meurtrier avait tiré à bout portant sur Abir Selim, directeur des services municipaux de Kerbala, ville sainte chiite située au sud de Bagdad. Il avait été interpellé dans la foulée.

La victime était en train de recenser des constructions illégales bâties sur la voie publique, un fléau en Irak où le chaos qui a suivi la chute du dictateur Saddam Hussein en 2003 a encouragé certains à s'approprier indûment des terrains pour construire des maisons ou des magasins.

Ce meurtre avait ulcéré des Irakiens qui dénoncent l'"impunité" dont jouissent, selon eux, les assassins. Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi s'était rendu à Kerbala, assurant que "personne n'est au-dessus des lois". Sur les réseaux sociaux, certains se sont insurgés pour que M. Kazimi mobilise la même énergie pour traquer les "tueurs de militants" prodémocratie.

Depuis le début de la révolte populaire inédite d'octobre 2019, plus de 70 militants ont été victimes d'assassinats ou de tentatives d'assassinat, tandis que des dizaines d'autres ont été enlevés brièvement. Personne n'a revendiqué ces attaques mais les militants prodémocratie sont convaincus que les tueurs sont connus des services de sécurité et ne sont pas arrêtés malgré les promesses du gouvernement, car liés à l'Iran, le puissant voisin agissant en Irak. Le décret autorisant une exécution doit être signé par le président irakien, Barham Saleh.

L'Irak est le quatrième pays qui exécute le plus au monde, selon Amnesty International. L'ONG dit avoir recensé plus de 45 exécutions dans le pays en 2020, dont de nombreux individus accusés d'avoir appartenu au groupe jihadiste Etat islamique.
Partager…

Données techniques

ID11316
Type de document (code)depeche
TitreIrak. Peine de mort pour le meurtrier d'un responsable local assassiné en pleine rue
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication22 août 2021
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefscondamnation à mort
ZonegéosIrak