Plan du site

Singapour : l'ONU demande la suspension de l'exécution de deux hommes condamnés pour trafic de drogue

communiqué de presse du 15 février 2022 - Organisation des Nations Unies
De plus en plus de voix s'élèvent pour demander à Singapour de ne pas procéder à l'exécution de deux hommes condamnés pour trafic de drogue, mercredi.
La dernière en date est celle du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme (HCDH), qui a demandé mardi à cet Etat d'Asie du Sud-est de suspendre à cette double exécution.

« Nous demandons instamment au gouvernement de Singapour d'empêcher l'exécution imminente de deux hommes qui ont été emprisonnés au cours des 14 dernières années pour des infractions liées à la drogue », a déclaré lors d'un point de presse régulier de l'ONU à Genève, Ravina Shamdasani, porte-parole du HCDH.

Roslan Bin Bakar et Pausi Bin Jefridin ont été arrêtés en 2008 et condamnés en 2010 pour trafic de drogue.

Les familles du singapourien Roslan Bakar et du malaisien Pausi Jefridin ont été informées du projet d'exécution le 9 février. « Les deux hommes sont dans le couloir de la mort depuis 12 ans et n'auraient été informés qu'il y a une semaine, le 9 février, de leur exécution imminente, prévue pour demain, 16 février », a ajouté Mme Shamdasani.

L'un des condamnés ou les deux souffrent de déficiences intellectuelles

« Il est également à craindre que l'un des deux hommes ou les deux souffrent de déficiences intellectuelles », a-t-elle fait valoir.

Selon l'ONU, le recours à la peine de mort pour les infractions liées à la drogue est « incompatible avec le droit international des droits de l'homme ». « La peine de mort ne peut être imposée que pour les crimes les plus graves, ce qui est interprété comme des crimes d'une extrême gravité impliquant un meurtre intentionnel », a rappelé la porte-parole.

Par conséquent, les services de la Haute-Commissaire Michelle Bachelet demandent au gouvernement de commuer leurs peines et de réformer la législation de Singapour pour mettre fin à l'imposition de la peine de mort. D'autant qu'il n'a pas été prouvé à l'échelle mondiale que la peine de mort soit un moyen de dissuasion efficace.

Dans le même temps, les condamnés à mort, ainsi que leurs familles, ont subi toute une série de violations des droits de l'homme. « Nous comprenons que la famille de Bin Jefridin, basée en Malaisie, a eu du mal à lui rendre visite, compte tenu des restrictions Covid-19 en vigueur », a conclu Mme Shamdasani.
Partager…

Données techniques

ID11434
Type de document (code)communique
TitreSingapour : l'ONU demande la suspension de l'exécution de deux hommes condamnés pour trafic de drogue
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication15 février 2022
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsOrganisation des Nations Unies (auteur), Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU
Condamnés
Mots-clefsdéficient + drogue + réactions internationales + ressortissant étranger
ZonegéosMalaisie + Singapour