Plan du site

La Bulgarie, indignée, demande à la Libye de ne pas exécuter les infirmières

dépêche de presse du 19 décembre 2006 - Agence mondiale d'information - AFP
Sofia - Les autorités de Bulgarie, «indignées», ont enjoint la Libye de ne pas exécuter les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien condamnés à mort mardi à Tripoli, qualifiant d'«absurde» leur condamnation.

Le président Guéorgui Parvanov, et le premier ministre bulgares, «profondément indignés», ont «rejeté catégoriquement» la condamnation à mort des six accusés, dans une déclaration commune.

«Nous condamnons fermement et rejetons catégoriquement la confirmation des peines de mort», a déclaré le président, lisant à la presse la déclaration.

Les deux responsables socialistes ont pressé «la communauté internationale de condamner de façon catégorique» la décision du tribunal de Tripoli mardi et d'insister auprès des autorités libyennes pour une libération des infirmières.

«Tout le procès a été vicié», a déclaré M. Parvanov en rappelant que les témoignages d'experts internationaux du sida innocentant les infirmières n'ont pas été pris en compte.

«Nous appelons les autorités libyennes à intervenir immédiatement et au nom de la justice pour un réexamen immédiat de ce verdict absurde et la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien», ont souligné les deux hommes.

«Nous condamnons et rejetons résolument la décision absurde du tribunal» qui n'a pas pris compte des preuves fournies par des experts internationaux de l'innocence des infirmières, accusées d'avoir sciemment inoculé le virus du sida à des enfants, avait auparavant souligné le président du Parlement bulgare Guéorgui Pirinski.

«La condamnation à mort d'innocents cache les vrais coupables de l'épidémie et approfondit la tragédie des familles» des enfants contaminés, a-t-il ajouté en évoquant «une politisation du procès».

Le ministre des Affaires étrangères Ivaïlo Kalfine, qui devait rencontrer mardi à Washington la secrétaire d'État américain Condoleezza Rice, a qualifié la décision du tribunal d'«erronée» et «profondément décevante».

«Le tribunal libyen a lié l'énorme tragédie des enfants contaminés au travail de nos infirmières, induisant en erreur la société libyenne», a-t-il affirmé à la radio nationale depuis les États-Unis.

Sofia s'adressera à Tripoli et «à tous ses partenaires internationaux» pour obtenir un retour des infirmières chez elles, a-t-il ajouté.

Les six accusés, incarcérés depuis huit ans, avaient été condamnés à mort en mai 2004 mais la Cour suprême libyenne avait ordonné un nouveau procès qui a débuté en mai 2006.

Leur avocat, Guéorgui Gatev, va faire interjeter un ultime appel devant la cour suprême libyenne, après avoir reçu les motifs du tribunal.

«Je ne compte pas sur une justice en Libye. Le procès est purement politique», a-t-il dit à une radio bulgare.
Partager…

Données techniques

ID2128
Type de document (code)depeche
TitreLa Bulgarie, indignée, demande à la Libye de ne pas exécuter les infirmières
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication19 décembre 2006
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsLibye : les infirmières bulgares et le médecin palestinien à nouveau condamnés à mort
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
Condamnés
Mots-clefscondamnation à mort + réactions internationales + ressortissant étranger
ZonegéosBulgarie + Libye + Palestine