Plan du site

La cheffe des droits de l'homme de l'ONU consternée par l'exécution de l'Iranien Rouhollah Zam

communiqué de presse du 14 décembre 2020 - Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU
Pays :
peine de mort / Iran
La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, s'est dit consternée par l'exécution en Iran, le 12 décembre dernier, de Rouhollah Zam, militant et fondateur de la chaîne AmadNews Telegram et a appelée les autorités iraniennes à cesser immédiatement leur recours alarmant et croissant à la peine de mort.

« Sa condamnation à mort et son exécution par pendaison sont emblématiques d'un schéma d'aveux forcés extorqués sous la torture et diffusés sur les médias d'État, utilisés comme base pour condamner des personnes », a déclaré Michelle Bachelet dans un commentaire adressé à la presse.

« En outre, de sérieuses inquiétudes ont été exprimées quant au fait que l'arrestation de M. Zam en dehors du territoire iranien pourrait être considérée comme un enlèvement et que son transfert ultérieur en Iran pour y être jugé pourrait ne pas avoir respecté les garanties d'une procédure régulière », a-t-elle poursuivi.

Rouhollah Zam a été pendu samedi 12 décembre en Iran. Arrété en octobre 2019, Il avait été reconnu coupable d'avoir joué un rôle actif dans les manifestations de 2017-2018 en Iran.

Non respect des normes internationales

« De nombreux militants et manifestants en Iran ont été condamnés à de longues peines de prison ou à la peine de mort pour avoir exercé leurs droits fondamentaux à l'issue de procès qui n'ont pas respecté les normes internationales en matière de procédure régulière », a souligné Mme Bachelet.

« Il s'agit là de graves violations des obligations de l'Iran au titre du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, notamment le droit à la liberté d'opinion et d'expression et le droit à la vie. La violation des garanties d'un procès équitable dans le cadre de procédures aboutissant à l'imposition de la peine de mort rendrait la sentence de nature arbitraire », a-t-elle ajouté.

J'appelle les autorités iraniennes à cesser immédiatement leur recours alarmant et croissant à la peine de mort - Michelle Bachelet
La Haut-Commissaire a appelé également le gouvernement à libérer immédiatement toutes les personnes détenues arbitrairement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux.

« Je condamne et m'oppose à l'application de la peine de mort en tant que politique en toutes circonstances et dans tous les cas. Elle est tout simplement inconciliable avec la dignité humaine, est trop souvent arbitraire dans son application et les erreurs ne peuvent plus jamais être réparées », a-t-elle déclaré .

«En vertu du droit international des droits de l'homme, si elle est appliquée, la peine de mort doit être limitée aux crimes les plus graves, impliquant un homicide volontaire, et après des procédures respectant pleinement les garanties d'un procès équitable, l'appel et le droit de demander la clémence - des conditions cumulatives qui ne sont manifestement pas remplies dans le cas de Rouhollah Zam », a conclu la Haut-Commissaire aux droits de l'homme.

Documents liés

Partager…

Données techniques

ID11127
Type de document (code)communique
TitreLa cheffe des droits de l'homme de l'ONU consternée par l'exécution de l'Iranien Rouhollah Zam
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication14 décembre 2020
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsTollé mondial après l'exécution « barbare » par l'Iran du dissident Rouhollah Zam, Exécution de l'opposant politique Rouhollah Zam en Iran
OrganisationsOrganisation des Nations Unies, Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU (auteur)
CondamnésRouhollah Zam
Mots-clefsexécution + manifestant - opposant politique - pdm + réactions internationales + torture
ZonegéosIran