Plan du site

Guantanamo. Les États-Unis renvoient chez lui le « 20e pirate de l'air » présumé

dépêche de presse du 7 mars 2022 - Associated Press - AP
Thème :
(Washington) Un prisonnier saoudien du centre de détention de Guantanamo, soupçonné d'avoir tenté de rejoindre les pirates de l'air du 11 septembre, a été renvoyé dans son pays d'origine pour y être soigné pour une maladie mentale, a annoncé lundi le ministère de la Défense.

Mohammad Ahmad al-Qahtani est rentré par avion en Arabie saoudite, dans un centre de traitement, depuis la base américaine à Cuba, après qu'une commission d'examen comprenant des responsables de l'armée et du renseignement a conclu qu'il pouvait être libéré en toute sécurité après 20 ans de détention.

Le prisonnier de 46 ans souffre de maladie mentale, notamment de schizophrénie, depuis son enfance, selon des examens médicaux et des dossiers obtenus par ses avocats. Les États-Unis ont abandonné leur intention de le juger après qu'un responsable juridique de l'administration Bush eut conclu qu'il avait été torturé à Guantanamo.

Avec sa libération, il reste maintenant 38 prisonniers au centre de détention. Il est le deuxième libéré sous le président Joe Biden, qui a promis de fermer l'établissement.

« Les États-Unis apprécient la volonté de l'Arabie saoudite et d'autres partenaires de soutenir les efforts américains en cours vers un processus délibéré et approfondi axé sur la réduction responsable de la population de détenus et, à terme, la fermeture de l'installation de Guantanamo », a déclaré le ministère de la Défense dans un communiqué annonçant le rapatriement de M. al-Qahtani.

Cependant, seule la moitié des hommes qui y sont détenus ont été libérés et aucune décision n'a été prise concernant ce qu'il faut faire des autres, y compris ceux qui sont toujours jugés par une commission militaire.

Le ministère de la Défense a notifié au Congrès son intention de transférer M. al-Qahtani en février, provoquant l'indignation de certains républicains.

Les avocats de M. al-Qahtani ont obtenu une ordonnance du tribunal fédéral en 2020 exigeant un examen médical du prisonnier par un panel médical indépendant, qui aurait pu ordonner son rapatriement en vertu des règlements de l'armée si le diagnostic de ses médecins était confirmé. L'administration Trump a contesté l'ordre, un combat juridique qui a été abandonné sous la présidence de Joe Biden.

« Après deux décennies sans procès en détention aux États-Unis, Mohammed recevra désormais les soins psychiatriques dont il a besoin depuis longtemps en Arabie saoudite, avec le soutien de sa famille, a déclaré Ramzi Kassem, professeur de droit à la City University de New York qui représentait M. al-Qahtani avec l'aide d'étudiants depuis plus d'une décennie. Le garder à Guantanamo, où il a été torturé, puis tenté de se suicider à plusieurs reprises, aurait été une condamnation à mort probable. »

En août 2001, M. al-Qahtani a été refoulé des États-Unis à l'aéroport d'Orlando par des agents de l'immigration qui se méfiaient de son voyage. Le principal pirate de l'air du 11 septembre, Mohammed Atta, allait le chercher pour participer au complot, selon des documents précédemment publiés.

Les forces américaines l'ont ensuite capturé en Afghanistan et l'ont envoyé à Guantanamo, où il a été soumis à des interrogatoires brutaux qui, selon le responsable juridique du Pentagone chargé des commissions des crimes de guerre, équivalaient à de la torture.

Ce traitement comprenait des passages à tabac, une exposition à des températures et à des bruits extrêmes, la privation de sommeil et un isolement cellulaire prolongé. En 2002, un responsable du FBI a observé M. al-Qahtani parler à des personnes inexistantes, entendre des voix et s'accroupir dans un coin de sa cellule tout en se couvrant d'un drap pendant des heures d'affilée.

Les 38 prisonniers restants à Guantanamo comprennent 19 qui ont été approuvés pour le rapatriement ou la réinstallation par la commission d'examen. Il y en a sept autres qui peuvent faire l'objet d'un examen. Dix prisonniers sont jugés par une commission militaire, dont cinq accusés d'avoir participé aux attentats du 11 septembre 2001. Leur affaire de peine de mort est bloquée depuis des années dans la phase préliminaire.

Les deux autres prisonniers du camp ont été condamnés, dont l'un, l'ancien résident du Maryland Majid Khan est sur le point de terminer sa peine en vertu d'un accord de plaidoyer.
(Ben Fox)
Partager…

Données techniques

ID11446
Type de document (code)depeche
TitreGuantanamo. Les États-Unis renvoient chez lui le « 20e pirate de l'air » présumé
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication7 mars 2022
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAssociated Press - AP (auteur)
Condamnés
Mots-clefsGuantánamo + ressortissant étranger
ZonegéosArabie Saoudite + Etats-Unis