Plan du site

Un Suédois menacé d'exécution en Iran est "otage", selon Amnesty

dépêche de presse du 19 mai 2022 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
peine de mort / Iran
L'universitaire irano-suédois Ahmedreza Djalali, dont l'exécution est prévue en mai, est pris en "otage" et sert de "pion" pour Téhéran, qui cherche à l'échanger contre deux cadres iraniens en Belgique et en Suède, affirme jeudi l'ONG Amnesty International.

"Les preuves s'accumulent montrant que les autorités iraniennes détiennent (...) Djalali comme otage et menacent de l'exécuter afin de faire pression sur des parties tierces et de l'échanger pour d'anciens responsables iraniens condamnés ou poursuivis par la justice à l'étranger", précise l'organisation humanitaire basée à Londres.

Ahmadreza Djalali a été condamné à la peine de mort en 2017 sur des accusations d'espionnage, des allégations rejetées par la Suède et ses soutiens. Les médias iraniens assurent qu'il pourrait être pendu d'ici le 21 mai, une sentence que des responsables iraniens ont dit vouloir appliquer. M. Djalali, qui était basé à Stockholm où il travaillait pour l'Institut médical Karolinska, a été arrêté lors d'une visite en Iran en 2016. En février 2018, pendant sa détention, la Suède a accordé à l'universitaire la nationalité suédoise.

Dans un cas sans précédent, un tribunal suédois a engagé des poursuites visant Hamid Noury, un ancien responsable pénitentaire iranien, en raison de son implication supposée dans des massacres dans des prisons iraniennes en 1988, et le verdict est attendu le 14 juillet. Hamid Nouri a été arrêté en Suède en novembre 2019, et est poursuivi au nom du principe de la justice universelle.

Par ailleurs, un ancien diplomate iranien, Assadollah Assadi, a été condamné à 20 ans de prison en Belgique pour son implication dans un attentat à la bombe déjoué en 2018 en France visant un groupe d'opposants iraniens en exil. "Les autorités iraniennes jouent de la vie de Djalali comme d'un pion dans un marchandage politique cruel, menaçant de l'exécuter en représailles au fait que leurs demandes ne sont pas acceptées", affirme Diana Eltahawy, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord de l'ONG. Selon Amnesty, les autorités iraniennes "conditionnent" au moins depuis la fin 2020 le sort de l'universitaire à un "accord" avec la Belgique et la Suède visant à l'échanger pour les deux responsables iraniens.

Plus d'une douzaine d'Occidentaux, majoritairement binationaux, sont actuellement détenus en Iran qui est soupçonné de vouloir les monnayer en échange de concessions de l'Occident. Deux ressortissants français ont été arrêtés ce mois-ci en Iran. Par ailleurs, un ressortissant allemand, Jamshid Sharmahd, et un Suédois, Habib Chaab, sont actuellement jugés en Iran où ils font face à une possible condamnation à mort.
Partager…

Données techniques

ID11481
Type de document (code)depeche
TitreUn Suédois menacé d'exécution en Iran est "otage", selon Amnesty
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication19 mai 2022
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur), Amnesty International
CondamnésAhmadreza Djalali
Mots-clefsgouvernement + ONG + procès + réactions internationales
ZonegéosIran