Plan du site

Etats-Unis: une exécution dans l'Oklahoma, une autre reportée dans l'Alabama

dépêche de presse du 18 novembre 2022 - Agence mondiale d'information - AFP
peine de mort / Etats-Unis
Thèmes :
Richard Fairchild Kenneth Eugene Smith
L'Etat de l'Oklahoma a exécuté jeudi un homme condamné à la peine capitale pour le meurtre d'un garçon de trois ans, et une autre exécution prévue a été annulée in extremis en Alabama.

Mercredi, deux condamnés à mort avaient déjà reçu des injections létales en Arizona et au Texas. Après une pause pendant la pandémie, le rythme des exécutions s'accélère donc aux Etats-Unis, surtout dans les Etats conservateurs du Sud.

Richard Fairchild, 63 ans, a reçu un cocktail létal jeudi matin dans le pénitencier de McAlester, dans l'Oklahoma.

Il s'agissait de la septième exécution dans cet Etat depuis qu'il a renoué avec la pratique en octobre 2021, après six ans d'interruption liée à des doutes sur la légalité des produits létaux utilisés.

Richard Fairchild avait été condamné à la peine capitale il y a 26 ans pour avoir brûlé, battu et tué le fils de sa compagne après une nuit d'ivresse. Selon les témoins de l'exécution, il a exprimé avant de mourir des remords et s'est excusé auprès de la famille de sa victime.

L'Alabama prévoyait pour sa part d'exécuter jeudi soir Kenneth Smith, 57 ans, malgré une controverse sur la sentence qui lui a été imposée, mais a dû y renoncer à la dernière minute.

En 1988, un époux infidèle et endetté l'avait engagé, ainsi qu'un autre tueur à gages, pour abattre son épouse lors d'un faux cambriolage. Malgré le suicide du mari, la police était remontée jusqu'aux deux tueurs.

Kenneth Smith avait été condamné une première fois à la peine de mort mais le procès avait été annulé en appel. Lors de son second procès en 1996, il avait de nouveau été reconnu coupable de meurtre, mais les jurés s'étaient divisés sur la sentence: 11 sur 12 avaient recommandé une peine de prison à perpétuité.

Passant outre leur avis, un juge avait imposé la peine capitale, ce qui était légal à l'époque mais est aujourd'hui banni sur l'ensemble du territoire américain.

Ses avocats avaient tenté d'obtenir mercredi un sursis sur ce motif auprès de la Cour suprême des Etats-Unis, mais la haute juridiction, où les juges conservateurs sont majoritaires, a rejeté leur recours, comme ceux des trois autres détenus exécutés cette semaine.

Malgré tout, une cour d'appel fédérale leur a finalement donné raison à quelques heures de l'expiration de l'ordre d'exécution.

"A 23H21 environ, nous avons annulé l'exécution", le temps ayant été jugé insuffisant pour y procéder avant l'expiration de cet ordre, a déclaré le responsable des services pénitentiaires John Hamm.

Seize condamnés ont été exécutés depuis le début de l'année aux Etats-Unis.

Documents liés

Partager…

Données techniques

ID11650
Type de document (code)depeche
TitreEtats-Unis: une exécution dans l'Oklahoma, une autre reportée dans l'Alabama
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication18 novembre 2022
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parentsL'Alabama suspend une exécution déjà amorcée
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur)
CondamnésRichard Fairchild, Kenneth Eugene Smith
Mots-clefsexécution + jury + sursis de dernière minute
ZonegéosAlabama + Etats-Unis + Oklahoma