Plan du site

Un homme condamné à mort en Iran pour espionnage au profit du Royaume-Uni

dépêche de presse du 11 janvier 2023 - Agence mondiale d'information - AFP
Pays :
La justice iranienne a condamné à mort un Britannico-Iranien reconnu coupable d'espionnage pour le compte du Royaume-Uni, a annoncé mercredi l'organe de l'Autorité judiciaire, provoquant la colère de Londres qui a demandé la non-exécution de la sentence.

«Alireza Akbari a été condamné à mort pour corruption sur terre et pour atteinte à la sécurité intérieure et extérieure du pays pour avoir transmis des renseignements», a indiqué Mizan Online.

Le chef de la diplomatie britannique James Cleverly a vivement réagi sur Twitter: «L'Iran doit cesser l'exécution du ressortissant britannique et iranien Alireza Akbari et le libérer immédiatement». «Il s'agit d'un acte politiquement motivé par un régime barbare qui a un mépris total pour la vie humaine», a-t-il condamné.

Mizan Online n'a pas donné de précisions sur les dates de l'arrestation et de la condamnation, qui a été confirmée par la Cour suprême.

L'agence ne précise pas non plus les fonctions qu'exerçait le condamné.

Mais elle indique, en citant un communiqué du ministère des Renseignements, qu'Alireza Akbari était devenu un «espion clé» pour le «Secret intelligence service» britannique (SIS) en raison de «l'importance de sa position».

Il a fourni des «informations importantes du pays» à ce service, selon la même source.

Le 2 février 2019, le quotidien Iran, journal du gouvernement, avait publié un entretien avec Alireza Akbari en tant qu'«ancien vice-ministre de la Défense dans le gouvernement réformateur» de Mohammad Khatami (1997-2005).

Début décembre, quatre Iraniens avaient été exécutés après leur condamnation à mort pour «coopération» avec Israël, ennemi juré de la République islamique.

L'Iran annonce régulièrement l'arrestation d'agents soupçonnés de travailler pour des services de renseignements étrangers, notamment d'Israël.

Les relations entre Téhéran et Londres ont été plombées ces dernières années par l'arrestation de plusieurs binationaux.
Partager…