Plan du site

La peine de mort encore appliquée dans une minorité de pays

dépêche de presse du 12 mars 2022 - Agence mondiale d'information - AFP
Une cinquantaine d'États continuent d'appliquer la peine capitale dans le monde, à l'instar de l'Arabie saoudite qui a exécuté en une seule journée samedi 81 personnes condamnées à mort.

Décapitation, électrocution, pendaison, peloton d'exécution ou encore injection létale : les méthodes prévues sont nombreuses, selon l'ONG Amnesty International dont le dernier rapport porte sur l'année 2020.

Majorité d'abolitionnistes
Plus de 100 pays ont aboli la peine de mort par la loi, pour tous les crimes, selon Amnesty International. Et ils sont 147 à avoir aboli la peine capitale en droit ou de facto, soit près des trois quarts des Etats dans le monde.

Les derniers pays en date à avoir mis fin à l'application du châtiment capital sont le Kazakhstan, le Malawi suivi en octobre 2021 de la Sierra Leone.

En 2021 toujours, la Virginie est devenue le 23e État américain abolitionniste, une décision d'autant plus symbolique que ce territoire détient le record d'exécutions dans l'histoire américaine et qu'aucun État de l'ancien Sud confédéré n'avait encore franchi ce pas. Trois autres États (Californie, Oregon, Pennsylvanie) observent un moratoire.

Plus de 30 pays d'Afrique maintiennent encore la peine de mort dans leur législation, mais un peu moins de la moitié ont procédé à des exécutions ces dernières années.

En 2020, des exécutions dans 18 pays

Au moins 483 personnes ont été exécutées en 2020 dans 18 pays selon le rapport d'Amnesty, soit une baisse de 26 % par rapport à 2019 (657 exécutions), ce qui va dans le sens du recul constaté année après année depuis 2015.

Ce chiffre, le plus faible jamais enregistré depuis plus d'une décennie, n'inclut toutefois pas les milliers d'exécutions qui ont probablement eu lieu, selon Amnesty, en Chine, où ces données sont classées secret d'État, mais également en Corée du Nord et au Vietnam.

Lors de l'année 2020, quatre pays ont comptabilisé 88 % de l'ensemble des exécutions recensées : l'Iran (246), l'Égypte (107), l'Irak (45) et l'Arabie saoudite (27), en chute de 85 %.

Mais l'Arabie saoudite a ensuite procédé en 2021 à 69 exécutions, selon un décompte de l'AFP basé sur des déclarations officielles. Et depuis le début 2022, 11 personnes y avaient déjà été exécutées, selon un décompte de l'AFP, avant les 81 exécutions de samedi.

Après une interruption de plusieurs années, l'Inde, Oman et le Qatar ont repris les exécutions. En Afrique subsaharienne, elles ont chuté de 25 en 2019 à 16 en 2020. En revanche, en Égypte, elles ont plus que triplé pour atteindre un total qui n'avait jamais été aussi élevé depuis le pic enregistré en 2013 (109 exécutions).

En 2021, les États-Unis ont procédé à onze exécutions, le chiffre le plus bas depuis des décennies, selon le Centre d'informations sur la peine de mort (DPIC).

En 2020, au moins 1 477 condamnations à mort ont été recensées dans 54 pays, contre au moins 2 307 dans 56 pays l'année précédente selon l'ONG. Une baisse due en partie à la pandémie de Covid-19 qui a entraîné des perturbations et des retards dans le fonctionnement des systèmes judiciaires partout dans le monde.
Partager…

Données techniques

ID11450
Type de document (code)depeche
TitreLa peine de mort encore appliquée dans une minorité de pays
Description(non défini)
Référence(non défini)
Date de publication12 mars 2022
Date d'entrée en vigueur(non défini)
Zone de publication officielle(non défini)
Documents parents
OrganisationsAgence mondiale d'information - AFP (auteur), Amnesty International
Condamnés
Mots-clefsexécution + rapport
ZonegéosArabie Saoudite + Chine + Corée du Nord + Egypte + Etats-Unis + Inde + Irak + Iran + Monde + Oman + Qatar + Vietnam