Peine de mort : Botswana

Plan du site

Botswana : Pays qui pratique la peine de mort

Points marquants…
8 février 2021
Ses engagements internationaux :
  • Ce pays n'a pas ratifié de traité international abolissant la peine de mort.

En 2020, selon Amnesty International : une condamnation à mort et 3 exécutions capitales.

Les derniers communiqués et dépêches de presse

Les points marquants

8 février 2021 — Deux exécutions capitales au Botswana

Deux condamnés à mort sont exécutés par pendaison au Botswana.
Wedu Mosalagae et Kutlo Setima avaient tous deux été condamnés à mort pour meurtre, en août 2019 et mai 2019.

Les précédentes exécutions au Botswana avaient eu lieu en mars 2020, où déjà deux condamnés à mort avaient été pendus.
Pays :
Wedu Mosalagae Kutlo Setima

28 mars 2020 — Deux nouvelles exécutions capitales au Botswana

Les services pénitentiaires annoncent l'exécution par pendaison de deux hommes au Botswana.
Moabi Seabelo Mabiletsa et Matshidiso Tshid Boikanyo avaient tous deux été condamnés à mort en 2017 pour le même meurtre.
Pays :
Matshidiso Tshid Boikanyo Moabi Seabelo Mabiletsa

2 décembre 2019 — Exécution capitale au Botswana

Condamné à mort pour meurtre, Mooketsi Kgosibodiba est exécuté à la prison centrale de Gaborone.

Il s'agit de la première exécution capitale au Botswana en 2019. Deux condamnés avaient été exécutés en 2018.
Pays :
Mooketsi Kgosibodiba
Tous les points marquants…

Droit international — Botswana

Les engagements internationaux en matière de peine de mort

Traité Ratification
Adhésion
Signature
Convention relative aux droits de l'enfant 14 mars 1995
Pacte international relatif aux droits civils et politiques 8 septembre 2000 8 septembre 2000

Les acteurs de l'ONU et la peine de mort dans ce pays

Tous les documents…

Les acteurs de l'Afrique et la peine de mort dans ce pays

Les acteurs de l'Europe et la peine de mort dans ce pays (Conseil de l'Europe et Union européenne)

Droit national — Botswana

Constitution

L'article 10 de la Constitution stipule que si une personne est accusée d'un crime passible de la peine de mort, elle doit être entendue de manière équitable et dans un délai raisonnable par un tribunal indépendant et impartial établi par la loi.

Législation

Les crimes qui sont passibles de la peine de mort sont la trahison (article 34 du code pénal) et le meurtre (article 203 du code pénal).

La peine de mort ne peut pas être prononcée contre une personne âgée de moins de 18 ans ou contre une femme enceinte (article 26 le Code pénal).

La "Loi sur les prisons" précise les conditions de détention des condamnés à mort [plusieurs articles sont détaillés dans le "rapport initial du Botswana au Comité des droits de l'homme"]

Documents officiels — Botswana

Condamnations et exécutions de 2007 à 2020 — Botswana

Données des rapports d'Amnesty International
? : aucune donnée pour cette année
3+ : au moins 3, le nombre exact pouvant être supérieur
* : "des" (plus d'une, sans qu'un chiffre minimum fiable puisse être donné)
Ces chiffres proviennent des rapports d'Amnesty International sur la peine de mort. Il s'agit du nombre de condamnations à mort et d'exécutions capitales dont Amnesty a connaissance au moment de la publication de ces rapports annuels (en général vers le mois d'avril) et dont elle a pu raisonnablement obtenir confirmation, sachant que pour certains pays les chiffres réels sont considérablement plus élevés.
Pour plus de précisions, consultez le dernier rapport : Condamnations à mort et exécutions en 2020.

Historique — Botswana

2001 - reprise d'exécutions

Le 31 mars 2001 une Sud-Africaine condamnée à mort pour meurtre a été pendue alors que la précédente exécution remontait à janvier 1998.

1995 - reprise d'exécutions

Cinq condamnés à mort ont été pendus le 26 août 1995 alors que les précédentes exécutions remontaient à huit ans. Ils avaient été reconnus coupables de meurtre, crime pour lequel la peine capitale est obligatoire au Botswana.

Autres pages liées

Autres pages